Consultez le palmarès des 10 meilleurs nouveaux restos de l’année 2014 et passez notre test pour savoir où manger!

Le top 10  
 
Comment on choisit
 

Comment on choisit

Ci-dessus: Le comptoir à salades d’inspiration française du Bouchon du Pied Bleu.

« Refaites notre trajet, miettes de pain non comprises. »

Guide des restaurants 2013

Plus d’une décennie de restaurants primés, ainsi que plusieurs de nos tables favorites à travers le pays.

enRoute à table

Notre guide restos pour le Canada, d’un océan à l’autre. Téléchargez l’application gratuitement sur l’iTunes Store et sur Google Play Store.

Pour établir notre palmarès, nous envoyons incognito un reporter en mission dégustation d’un mois dans tout le pays. Chaque réservation est faite sous un nom d’emprunt (qui change chaque année) et enRoute paye toutes les additions. Ce marathon exige souvent deux soupers le même soir (truc du critique : sauter au moins un repas par jour), mais il a aussi ses avantages, dont celui, non des moindres, de parcourir l’île de Vancouver en F-Type de Jaguar, gracieuseté de notre commanditaire. Cette année, 35 excellents restos étaient à l’itinéraire, sélectionnés sur les conseils de nos experts en restos, un groupe de professionnels en vue des arts de la table. Pour le palmarès 2013, nous avons pris en compte les restos ayant ouvert leurs portes entre juin 2012 et juin 2013, ainsi que certains inaugurés à la fin du printemps 2012, trop tard pour la liste de l’an dernier. Voir les finalistes >Rencontrer nos experts en restos >

Les finalistes

Voici les 35 restaurants que nous avons visités, miettes de pain non comprises.

The Acorn
3995 Main St., Vancouver
604-566-9001
theacornrestaurant.ca

Brian Skinner peut enfin manger ce qui se trouve à son menu : sur Main Street, le resto végétarien du chef accueille les Vancouvérois qui, comme lui, pensent qu’une alimentation sans viande n’a pas à être de seconde classe. Sans anchois, la salade César au chou frisé tire son umami de nori séchée; le macaroni au fromage orecchiette-truffe est rehaussé de croquantes pointes d’asperges grillées; quant à la crème brûlée à la lavande, elle n’a jamais eu besoin de viande pour faire des heureux.

Barbounya
234, av. Laurier O., Montréal
514-439-8858
barbounya.com

Dans son établissement outremontais, la chef Fisun Ercan reste plutôt fidèle à la tradition culinaire de sa Turquie natale. Ses créations de tapas méditerranéennes comprennent un doux tartare d’agneau, savamment épicé, et de délicats filets de rouget (le barbounya turc de l’enseigne), poêlés et servis avec une relish d’olives dans la carcasse frite du poisson. À la carte des vins, des cépages turcs et grecs méconnus (narince, kalecik karasi, xinomavro) surprennent agréablement le palais.

Bar Isabel
797 College St., Toronto
416-532-2222
barisabel.com

La sombre taverne espagnole semble avoir pignon sur rue depuis 75 ans. Or, c’est avec des plats très actuels qu’au Bar Isabel le chef Grant van Gameren remplit les panses des paisanos de passage venus se régaler de sa rustique cuisine castillane. Son mojama, des tranches de thon salé et séché garnies d’orange sanguine et d’amandes marcona, tient du croisement entre jamón et gravlax. Attablé devant une pieuvre grillée, on se laisse charmer par le caractère ténébreux de l’endroit, le plafond voûté, le vert et l’orange feutrés de l’éclairage, les carreaux espagnols bariolés.

Le Bouchon du Pied Bleu
181, rue Saint-Vallier O., Québec
418-914-3554
bouchonquebec.wordpress.com

Dans Saint-Sauveur, le couple que forment Louis Bouchard et Thania Goyette recrée l’esprit du bouchon lyonnais, le troquet convivial où se repaître dans la bonne humeur de cochonnailles et de beaujolais sur des nappes à carreaux rouge et blanc. On commence avec un « défilé des saladiers », une demi-douzaine de salades simples mais inventives, dont on se sert à sa guise; on se régale d’une copieuse cocotte de lapin confit, que l’on fait glisser avec un verre de régnié charpenté; enfin, sur le chariot des desserts, on pioche à sa guise une douceur tout à fait exquise.

Burdock & Co.
2702 Main St., Vancouver
604-879-0077
burdockandco.com+

Meilleur recours à Shakespeare d’une serveuse décrivant des bouchées : «La brièveté est l’âme de l’esprit.»

Le dada de la chef Andrea : la cuisine bio, et les légumes. Mais les plats qu’elle sert au Burdock sont bien plus que santé. Des produits maraîchers au pedigree irréprochable libèrent des saveurs complexes dans le cassoulet aux haricots d’antan, par exemple, auquel la chef donne une signature locale en y ajoutant tofu fumé et chou frisé. Dans la salle de 30 couverts à la déco rustique chic, les conversations s’intensifient avec chaque cocktail signé Lauren Mote. On partage son popsicle gin-rhubarbe avec ses voisins, pour les voir, eux aussi, tomber à la renverse.

Café Boulud
60 Yorkville Ave., Toronto
416-963-6000
cafeboulud.com

Ce Daniel Boulud, il a plus d’un tour dans son tablier. Dans une affriolante et vaste salle du Four Seasons torontois, secondé par un personnel d’exception, le virtuose français fait virevolter des plats répartis en quatre thématiques : la tradition, la saison, le potager, le voyage. On craque pour un coco de cane à la coque, pelé puis frit brièvement avant d’être posé sur un lit de jambon de Paris et d’asperges. De loin l’œuf mollet le plus surprenant que nous ayons mangé.

Candela Lounge
1919 4th St. S.W., Calgary
403-719-0049
candelalounge.com+

Meilleur calmar d’une époque où tous les menus en proposent.

Dans ce chic local du quartier Mission de Calgary (sièges capitonnés, tapis somptueux, tables largement espacées), on sert de classiques tapas espagnoles qui ont fait une escale en Afrique du Nord ou en Amérique du Sud (entre autres territoires influents). Remplissez votre table de ces petits plats, de calmar frit avec génie, garni de sel à la lime et de noix de coco râpée, ou de brochettes de crevettes en beignet sympathisant avec une salade de mangue plus tropicale encore et un irrésistible coulis de fruits de la passion.

Canteen
10522 124 St. N.W., Edmonton
780-485-6125
canteenyeg.ca

Dans une salle au look industriel (mais accueillant), Frank et Andrea Olson, proprios de longue date du Red Ox Inn d’Edmonton, ont créé dans High Street un chaleureux resto de quartier. Au Canteen, les résidents font fumer leur sirop d’érable et frire d’épais beignets au maïs (nappés d’une dose quasi létale de sirop). De larges nouilles plates entrelacées de minces tranches de courge musquée font de folles lasagnes garnies d’un effiloché de canard confit.

Carino Japanese Bistro
709 Edmonton Trail N.E., Calgary
403-984-7534
carinobistro.ca

Toshi Karino inspire une confiance aveugle. La bouteille que le propriétaire-sommelier posera sur votre table sera la bonne, à tout coup. Et la cuisine de son chef Kazu Kawashima (les deux ont œuvré au Teatro, institution calgarienne de la cuisine italienne) fait montre d’autant d’ingéniosité que de précision. Le plat appelé Duck! Duck!! Duck!!!, en référence à l’appellation vinicole italienne méconnue (mais amplement ponctuée) Est! Est!! Est!!!, personnifie la fusion des traditions orientales et occidentales qu’affectionne le bistro : foie gras poêlé sur daïkon poché, arrosé de consommé de canard et accompagné d’une cuisse de canard confite.

Carmen
922 Queen St. W., Toronto
416-535-0404
carmensayz.com+

Meilleur plat chic sans chichi : moules fumées servies dans une jolie conserve débordant de saumure acidulée.

Dans ce resto de tapas animé de Queen West, qui tient de la Castille sa joyeuse énergie, le rouge des bancs en cuir et le jaune du bois sont aux couleurs du rojigualda, le drapeau espagnol. Acidulées, les moules prince-édouardiennes dodues arrivent dans un contenant métallique, pratique pour qui aime mouiller ses croûtons de leur bouillon. La paëlla vient dans le joli poêlon où elle a cuit. La montagnarde (paëlla de montaña) contient du tendre lapin et de jolis escargots dans leur coquille.

Ça Va Bistro Moderne
1296 Gladstone Ave., Victoria
250-590-7982
cavavictoria.com

Dans une rue un peu fouillis, tranchant avec son propret Victoria natal, Fauna Martin met à l’œuvre les talents qu’elle a cultivés au sein des meilleures brigades australiennes. À l’ardoise, le menu met en valeur le terroir de l’île (pétoncles de la baie de Qualicum, chorizo, oignons nouveaux grillés). Même le classique décor de bistro (couleurs neutres, sol carrelé, chaises en métal) fait honneur à l’esprit de la côte ouest, avec son mur de brique vert lime.

Daisho
Third Floor – 190 University Ave., Toronto
647-253-8000
momofuku.com

Au Daishō, plus on est de fous, plus on rit. Au resto familial torontois de l’empire Momofuku de David Chang, on assemble une tablée d’amis et de parents pour manger en chœur des plats grand format, comme le bo ssäm, épaule de porc Kunan Farms pour six à dix convives, rôtie et servie à la coréenne, avec des feuilles de laitue pour enrouler la viande. Le bourdonnement enjoué des conversations emplit le cube de verre d’University Avenue donnant sur l’opéra. Dans une telle atmosphère de partage, au diable l’apparat, on fait comme chez soi.

Electric Mud BBQ
5 Brock Ave., Toronto
416-516-8286
twitter.com/electricmudbbq

Empereurs du taco au nord de la frontière mexicaine avec leur resto Grand Electric, Colin Tooke et Ian McGrenaghan ont un nouveau fief, à deux pas de l’ancien, où ils donnent avec une légère impertinence dans la cuisine du sud des États-Unis. La salle est minuscule, la trame sonore rétro (Delta blues en vinyles), le décor (à la True Blood) déjanté. La nourriture est remarquable, des côtes de porc fumées garnies d’arachides et de ciboule à la dense tarte à la crème aux bananes dans un tout petit pot Mason.

España
1118 Denman St., Vancouver
604-558-4040
espanarestaurant.ca

Dans son resto étroit et achalandé du West End, tamisé par de sculpturales suspensions au plafond de bois sombre, le chef britannique Neil Taylor s’exprime avec un accent méridional. Tonifiez vos papilles avec un xérès fino d’une carte 100 % espagnole, puis progressez dans la liste des tapas (anchois marinés, chorizo charnu, poulpe au paprika, génial frito mixto de morue-lingue locale, d’artichauts miniatures et d’olives farcies aux anchois). Concluez avec de croquants churros trempés dans un bol d’épais chocolat chaud.

Fogo Island Inn
210 Main Rd., Joe Batt’s Arm, Newfoundland and Labrador
709-658-3444
fogoislandinn.ca

De la lointaine salle à manger sur pilotis de la Fogo Island Inn, conçue par l’architecte Todd Saunders, on voit la côte rocheuse qui découpe l’Atlantique. Avec des légumes marinés accompagnés d’une « poussière» hickory-pacanes et des classiques terre-neuviens réinventés tels que le lobscouse (ragoût) et le pease pudding (crème aux pois), la cuisine du chef Murray McDonald est résolument locale, mais flirte avec la nouvelle gastronomie nordique.

Gezellig
337 Richmond Rd., Ottawa
613-680-9086
gezelligdining.ca

Sous le plafond haut de cette ancienne succursale de la Banque TD, le Gezellig (« douillet », en néerlandais) est un resto de quartier basse pression. Stephen Beckta et Michael Moffatt régalent le Westboro Village avec un menu composé de cuisine réconfortante des quatre coins du monde (tartare de bœuf, pâtes au lapin, œufs mimosa.). Bien calé dans une chaise Hans Wegner, on attaque son plat de crevettes et de gruau de maïs soufflé, sans faire tout un cinéma (même si le popcorn au beurre a aussi trempé dans de la crème).

Heirloom
1509 W. 12th Ave., Vancouver
604-733-2231
heirloomrestaurant.ca

Sur les murs de la lumineuse salle à manger, fourches, bêches, faux et autres outils de jardinage vendent la mèche : à Heirloom, on aime les légumes. Au bar, on commence par siroter un As Thyme Goes By (clin d’œil à la chanson du film Casablanca) en plongeant dans le ketchup maison de croquantes croustilles d’avocat. À table, les végétariens soucieux de leur santé se régalent d’un hamburger tempeh-portobello dans un pain brioché, puis s’attardent sur une tarte au chocolat cru au son d’un jazz syncopé.

Hôtel Herman
5171, rue Saint-Laurent, Montréal
514-278-7000
hotelherman.com

Si l’élégance branchée existe, alors le Herman en est sa plus fidèle incarnation. Dans une jolie salle aménagée autour d’un bar en U, une jeune et talentueuse équipe propose des petits plats beaux et bien faits, comme ce filet de truite marinée garnie de pumpernickel frit, d’œufs de truite, d’oignons marinés et de crème fraîche fumée (autrement dit, la déconstruction du meilleur bagel au saumon fumé qu’on ait mangé au souper). Les vins nature et biodynamiques triés sur le volet ont de quoi surprendre même le palais le plus expert.

Hudson’s on First
163 1st St., Duncan
250-597-0066
hudsonsonfirst.ca

Dans l’ancienne maison d’un pasteur de l’île de Vancouver, le jeune chef britannique Daniel Hudson ajoute une touche avant-gardiste à la cuisine méditerranéenne, en se fournissant dans les alentours (crabe, mollusques, gibier et pinot gris sont de la vallée de la Cowichan). Enroulé dans de la bette à carde, l’épaule d’agneau braisée aux épices maghrébines se présente avec un caviar d’aubergines fumées. Ne partez pas sans commander un seau de madeleines, préparées à la demande, dont Proust lui-même dirait le plus grand bien.

Kinton Ramen
51 Baldwin St., Toronto
647-748-8900

Quand des chefs s’amusent autant, s’exclament, chantent et dansent tout en secouant un panier fumant de nouilles maison, impossible de ne pas répondre du tac au tac, même si on ne parle pas un traître mot de japonais. Le poulet croustillant karaage est généreusement nappé d’une sauce rouge vif relevée. Mais au Kinto, ce sont les ramen qui volent la vedette, dans un riche bouillon de porc, de poulet et de poisson, garnis d’une tranche de flanc qui fond en bouche. Essayez ceux à l’ail et au fromage suisse (il y a du rince-bouche dans les toilettes).

Maison Publique
4720, rue Marquette, Montréal
514-507-0555
maisonpublique.com

Dans une ville où la cuisine française fait loi, Derek Dammann prouve qu’il n’y a pas de mal à faire honneur à la tradition britannique. Son pub gastronomique propose de grands classiques comme le Welsh rarebit, un plat consistant (et très umami) de pain gorgé de stout, garni de fromage et grillé. La carte des vins esquive elle aussi la France pour se consacrer exclusivement aux producteurs ontariens tels que Lailey et Pearl Morissette. Les habitués savent que toute soirée ici ne peut se terminer qu’avec une bonne crème glacée molle.

Market
718 17th Ave. S.W., Calgary
403-474-4414
marketcalgary.ca

Dans le minimaliste et chic local noir et blanc de la 17e Avenue, on sert l’antithèse du régime viande et patates auquel carburent d’ordinaire les Calgariens. À la carte foisonnent produits régionaux, fromages et pain maison, fines herbes et jeunes pousses des plus fraîches, cultivées dans la serre miniature de l’endroit. Il y a aussi du bœuf albertain (Calgary oblige), découpé et haché sur place, pour les hamburgers, avec une émulsion de fines herbes « de la graine à la table », pour l’onglet.


Mezcla
1251, rue de Champlain, Montréal
514-525-9934
restaurantmezcla.com

Dans ce bistro à l’éclairage tamisé où l’on ne badine pas avec les nappes (blanches), le chef péruvien Marcel Larrea rend hommage à son continent natal avec un menu nuevo latino. Les techniques françaises sont évidentes (joue de bœuf braisée façon bourguignonne), mais Mezcla tient fermement à ses racines au pays du pisco sour (émincé de pieuvre sous une émulsion d’olives noires). À la cave, les crus sud-américains côtoient un solide contingent de leurs ancêtres espagnols, dont un graciano castillan Finca Los Alijares.

Momofuku Noodle Bar
Ground floor – 190 University Ave., Toronto
647-253-8000
momofuku.com

Bien sûr, les ramen sont sublimes. Au poulet fumé croustillant et shiitakes marinés, par exemple, dans un riche bouillon de poulet, rehaussant l’entremêlement familier de pâtes tendres et dorées. Mais le bar à nouilles de David Chang, avec ses plafonds hauts et son ambiance racée et relax, a plus à offrir : une barbotine à la prune surette brassée dans une vieille machine à slush de dépanneur, une tranche de terrine de poulet lovée dans un petit pain vapeur aussi moelleux qu’un oreiller, et un entremets chocolaté au lait concentré qui vous fera chanceler quand vous quitterez la table commune, euphorique.

Oddseoul
90 Ossington Ave., Toronto
twitter.com/to_oddseouls

De la cuisine coréenne à la mode des réconfortants classiques philadelphiens. C’est la griffe d’Oddseoul, et le concept à l’origine d’un plat comme le sandwich steak et fromage bulgogi. Le curieux assemblage de faux-filet grillé, d’oignons, de fromage, de kimchi et de moutarde dans un banh mi rôti fait mouche. Le menu ne se limite pas aux petites bouchées. (Entre deux encas, commandez une assiette fumante d’agneau au cumin enveloppé dans des feuilles de laitue avec du riz frit au kimchi.) Mais dans la salle dépouillée, où le soju aromatisé coule à flots, on mange à satiété et on rit, jusque tard dans la nuit.

Patria
480 King St. W., Toronto
416-367-0505
patriatoronto.com

Dans leur temple des tapas, Charles Khabouth et Hanif Harji attirent le jet-set stylé avec un design léché (énormes lustres modernistes et tapisserie murale colorée en tissu et métal grillagé). Et pour que la fête batte son plein, il sert du tendre poulpe au paprika et de gros ballons de sangria rouge ou blanche. Amateurs de fromage, réjouissez-vous, le Patria a une longue liste de Denominaciónes de Origen, dont un Roncal à pâte ferme et un Cabrales bleu.

Pidgin
Vancouver
350 Carrall St., Vancouver
604-620-9400
pidginvancouver.com

Des traditions culinaires qui convergent dans la cuisine de Gastown, on remarque surtout celles du Japon, de la Corée et de la France. Mais la cuisine du chef Makoto Ono est unique en son genre. Dans une salle à manger noir et blanc dépouillée mais douillette, des serveurs en gilets et chemises amidonnées trimbalent une foule de petits plats. Le bol de riz et de foie gras poêlé, le daïkon poché au soja et la douce gelée d’anguille composent une gamme impressionnante de textures et de saveurs. La carte des alcools se démarque, avec son soju artisanal et son saké en fût.

La Planque
1027, 3e av., Québec
418-914-8780
laplanquerestaurant.com

Guillaume Saint-Pierre, gagnant de l’émission Les Chefs, tient la barre de ce dynamique restaurant en longueur où la créativité est à l’honneur. Le Tout-Québec joue des coudes pour voir le chef s’activer dans sa cuisine ouverte de Limoilou, mais aussi pour siroter un C’tété, un cocktail kiwi-litchi, ou encore découvrir l’étonnante combinaison de saveurs d’un carpaccio de homard aux artichauts et à la noix de coco.

Porzia
1314 Queen St. W., Toronto
647-342-5776
porzia.ca

Au cœur du branché West Side torontois, la salle à manger de Basilio Pesce ne manque pas de style, avec ses antiques lampes de poche Smith & Wesson éclairant le bar. En cuisine, il préfère raffiner des mets italiens rustiques, à la manière d’une nonna vêtue de Missoni. Ses agnolotti au foie de volaille ont une consistance aérienne, grâce à un appareil suisse d’ordinaire utilisé pour préparer de la crème glacée. Avec un verre de lacrima piémontais, un rouge astringent à l’inimitable bouquet floral, ces pâtes farcies sont plus délicieuses encore.

Richmond Station
1 Richmond St. W., Toronto
647-748-1444
richmondstation.ca

Dans le quartier des affaires, le gagnant de l’émission Top Chef Canada Carl Heinrich fait de petits miracles, en renouvelant des classiques comme le coq au vin ou le modeste hamburger. La cuisine est à vue, révélée par une large découpe dans un mur, dont les proportions rappellent les affiches du métro. Aux fourneaux, l’activité est intense; en salle, on relaxe dans un cadre douillet. Le sandwich à la crème glacée aux pommes aromatisées au tabac pour pipe est aussi réconfortant qu’un câlin d’un grand-papa fumeur.

Shoto
Third floor –190 University Ave., Toronto
647-253-8000
momofuku.com

Au dernier étage du vaste complexe Momofuku, regroupés autour d’un modeste comptoir, 22 convives ébaubis regardent cinq chefs travailler d’arrache-pied pour créer un menu dégustation dix services. Sauces hoisin et XO, tendon de bœuf, c’est de la fusion asiatique, se disent-ils. Jusqu’à ce qu’une truite ontarienne garnie d’amandes torréfiées et de jalapeno bouscule les certitudes. Les accords du sommelier Jonathan Gonsenhauser sont ingénieux, pour ne pas dire prodigieux, dans le cas des crevettes tachetées piquantes et du méchant saké Demon Slayer.

Supply and Demand
1335 Wellington St. W., Ottawa
613-680-2949
supplyanddemandfoods.ca

Chez les époux Steve et Jennifer Wall, c’est marée haute, et îlots de pré, ici et là (à cet égard, leur logo et mascotte, un hippocampe monté par un jockey, vaut mille mots). Dans leur premier resto à la déco éclectique de carrelage hexagonal, de papier peint noir et blanc et de suspensions en verre dépoli, on se sent comme dans un vieux bistro à huîtres de la côte ouest française. En tête du menu du chef Wall, les huîtres fraîches, les couteaux crus et les rigatonis à l’encre de seiche aux boulettes de thon et de prosciutto font les frais.

Union Local 613
315 Somerset St. W., Ottawa
613-231-1010
union613.ca

Cette « fraternité de cultivateurs, de cuisiniers et de mangeurs » attire les plus talentueux cuistots du cru… à sa table (talonner les chefs pour découvrir les bons restos est un truc infaillible). Assis avec eux aux tables communes, vous dégusterez une cuisine inspirée du sud des États-Unis, du poulet frit cuit sous vide, par exemple, servi avec une sauce explosive au piment oiseau sur un plateau métallique de cafétéria. Cadre sans prétention (les suspensions sont des bouteilles vides de Miller), mais nourriture et cocktails au bourbon de première classe.

Vij’s Railway Express
1075 W. Georgia St., Vancouver
604-639-3335
vijsrailwayexpress.com

À Vancouver, le gourou gastronome Vikram Vij court les rues (littéralement) pour démontrer que sa cuisine indienne aux accents du Nord-Ouest peut faire d’une cantine un resto gourmet. Vêtue d’impeccables vestes boutonnées, sa talentueuse brigade prend plaisir à débiter de délicieux petits plats, servis dans des contenants compostables, qui n’ont rien à voir avec la restauration rapide. Cuit à la perfection, le floconneux flétan au curry à la noix de coco porte encore la marque du gril (oui, un gril, dans un camion). La salade de pois chiches aux petits pois et riz soufflé, avec sa vinaigrette à la menthe, croque et pique en bouche.

Wildebeest
120 W. Hastings St., Vancouver
604-687-6880
wildebeest.ca

Amateurs de viande, la cuisine du Wildebeest apprête la bête de toutes les manières, les pièces les plus nobles comme les coupes moins prisées, découpées avec soin sur du bétail consciencieusement élevé. Les préparations vont des mets à faible empreinte écologique (tartare de wapiti, champignons marinés, gelée de bleuets) aux recettes de longue haleine (caille farcie au foin vieillie sept jours avant cuisson). Le festin de type familial comprend, entre autres, un gigot d’agneau cuit dans le foin, à partager avec neuf autres de vos amis carnivores.

Voir les experts >

Nos experts en restos

Chaque année, les professionnels de la gastronomie qui composent notre jury nous signalent leurs nouvelles tables de prédilection dans leur coin de pays. Sur la base de leurs recommandations, nous établissons l’itinéraire du marathon culinaire pancanadien de notre journaliste.

  • Mary Bailey, journaliste, auteure culinaire et sommelière, Edmonton, thetomato.ca
  • Linda Bramble, journaliste et pédagogue, Niagara, Ontario, lindabramble.com
  • Kevin Brauch, animateur de The Thirsty Traveler et analyste à Iron Chef America, Toronto, foodnetwork.ca
  • Cornel Ceapa, producteur aquacole, Saint John, acadian-sturgeon.com
  • Rémy Charest, journaliste et blogueur, Québec, achacunsabouteille.wordpress.com
  • Cinda Chavich, journaliste et blogueuse, Victoria, tastereport.com
  • Jennifer Cockrall-King, auteure et journaliste, Edmonton et Naramata, Colombie-Britannique, foodgirl.ca +

    MON CHOIX: Canteen

    « Confirme que la 124e Rue, juste à l’ouest du centre-ville d’Edmonton, est la nouvelle destination culinaire à surveiller. Le Canteen qualifie sa cuisine de sans façon, et même s’il n’y a en effet ni nappes blanches ni serveurs à serviette sur l’avant-bras, c’est une cuisine de premier ordre. »

  • Arlene Dickinson, vedette de la télé et spécialiste du marketing, cbc.ca/dragonsden
  • Ron Eade, blogueur pour Omnivore’s Ottawa, blogs.ottawacitizen.com
  • Alison Fryer, proprio d’une librairie culinaire, Toronto, cook-book.com
  • John Gilchrist, journaliste, Calgary, calgaryherald.com
  • Gary Hynes, rédacteur et auteur, Victoria, eatmagazine.ca
  • Chris Johns, journaliste, Toronto, chrisjohns.tumblr.com +

    MON CHOIX: Momofuku

    « Dans ses multiples déclinaisons, la machine de Chang va être dure à arrêter. »

    Illustrations: Radio
  • Pierre Jury, journaliste, Ottawa, lapresse.ca/le-droit
  • CJ Katz, journaliste et auteure culinaire, Regina, leaderpost.com
  • Bartley Kives, journaliste et auteur, Winnipeg, winnipegfreepress.com
  • Marie-Claude Lortie, journaliste et auteure, Montréal, lapresse.ca
  • Barbara-Jo McIntosh, proprio d’une librairie culinaire et auteure culinaire, Vancouver, bookstocooks.com
  • Andrew Morrison, journaliste et blogueur, Vancouver, scoutmagazine.ca
  • Sarah Musgrave, critique gastronomique et journaliste, Montréal +

    MON CHOIX: Maison Publique

    « Le sombre et douillet pub à l’anglaise de Derek Dammann, avalisé par Jamie Oliver, mitonnant les ingrédients boréaux de son ex-associé Alex Cruz, de Société-Orignal. »

  • Heidi Noble et Michael Dinn, viticulteurs, Naramata, Colombie-Britannique, joiefarm.com
  • Katerine-Lune Rollet, blogueuse, Montréal, katerinerollet.com
  • Amy Rosen, journaliste, chatelaine.com, Toronto, nationalpost.ca +

    MON CHOIX: Oddseoul

    « Les saveurs de Corée et vos grignotines de colon préférées, avec une série de bourbons et de bières pour arroser le tout. »

    Illustrations: Radio
  • Michael Smith, chef vedette, Île-du-Prince-Édouard, foodnetwork.ca, chefmichaelsmith.com
  • Bill Spurr, journaliste, Halifax, thechronicleherald.ca
  • Margaret Swaine, journaliste, Toronto, nationalpost.ca, besthealthmag.ca
  • Anna Waller et Kristina Matisic, vedettes de la télé, Vancouver, annaandkristina.com +

    NOTRE CHOIX: Wildebeest

    « Un premier resto débitant sans pertes à Vancouver, et c’est un paradis gourmand. Le bonheur carné, style joues de porc, ris de veau et tartare de wapiti, mais avec moins de machisme et plus de grâce. »

    Illustrations: Radio
  • Karl Wells, journaliste, St. John’s, thetelegram.com

Voir les finalistes >