Skip to Content (Press Enter)

English / Français

J’ai de la neige aux genoux, je tire un traîneau en plastique avec mes choses dessus à travers le parc national de la Mauricie, situé à mi-chemin entre Montréal et Québec. Pendant que mes yeux s’ajustent à l’obscurité de la tombée du jour, j’aperçois mon hébergement pour cette nuit : un croisement entre un chalet en A et une tente de prospecteur.  

La chaîne de montagnes des Laurentides est une destination d’hiver prisée au Québec – ce territoire protégé de 536 kilomètres carrés attire les amateurs de raquette, de ski de fond et de randonnée. Pour ma part, je visite cette région au nord-est de Montréal pour goûter aux joies de la nature sauvage grâce à oTENTik, un concept d’hébergement que Parcs Canada a étendu depuis peu aux mois d’hiver. Variation sur le mot « authentique », oTENTik est offert dans les parcs nationaux à travers le pays et a été créé pour permettre aux visiteurs de prolonger leur séjour sans efforts pour une nuit (aucun équipement de camping n’est requis). Même ceux qui sont habitués au confort de l’hôtel y trouveront leur compte : la tente comprend des lits en mousse et le chalet à proximité dispose de douches avec eau chaude et de cuisinières électriques.

tentes oTENTikChaque unité est dotée de trois lits pouvant accueillir jusqu’à six personnes.

Une lampe à la main, je déambule entre les conifères enneigés qui cernent la zone des huit tentes oTENTik. Chacune possède son terrain privé, entouré d’un pan d’arbres sur trois côtés. Au milieu se trouve le chalet communautaire, idéal pour la famille qui aurait besoin de s’étaler un peu. Pour moi, ce ne sera pas nécessaire : les tentes peuvent recevoir jusqu’à cinq personnes. Je ne me sers pas du barbecue extérieur, préférant réchauffer mon pot de chili sur le poêle à bois (les articles de cuisine de base sont fournis). 

Le lendemain, je me lève avec le soleil pour profiter pleinement des quelque 80 kilomètres de sentiers qui sillonnent le parc. Confiant, je mets mes talents de raquetteur à l’épreuve sur une piste intermédiaire. Le sentier s’enroule autour de petites collines, me fait passer par un petit pont en bois et, après seulement dix minutes, je suis en nage. Au bout d’une côte particulièrement abrupte, j’atteins le sommet d’une petite montagne qui surplombe le lac Solitaire, complètement gelé. C’est le nom parfait pour cette tache d’eau au milieu d’un panorama aussi gigantesque. Je remarque des traces de pas de chevreuil fraîches, mais je n’aurai pas vu âme qui vive pendant les deux heures de ma randonnée.

En chemin vers le chalet, où du chocolat chaud et du café sont servis aux excursionnistes et aux campeurs lors des week-ends, je pense au feu de foyer qui m’attend. Je me rappelle la nuit dernière quand, à trois heures du matin, je me suis réveillé, grelottant, mon feu presque éteint. Enroulé dans une couverture, j’ai mis la main sur de vieux journaux pour attiser les flammes. La chaleur a presqu’immédiatement envahi l’espace et je me suis assis à la fenêtre pour regarder la neige tomber en flocons délicats. C’était comme être sous le dôme d’une boule à neige – loin des téléphones cellulaires, klaxons et signaux Wi-Fi, j’étais dans mon petit monde à moi.

Sur le même sujet

CAMPING     PARCS NATIONAUX     ENVOL     QUÉBEC     DESTINATION DE SKI     EXCLUSIVITÉS WEB     HIVER    

S'y rendre

Air Canada et Air Canada Express assurent plus de vols vers Montréal et Québec que n’importe quel autre transporteur.

Comments… ajoutez en un autre

Maryse Trudel

Mardi, 4 février 2014 11:07
Est-ce possible de réserver? Si oui, quelle est la procédure et les coordonnées?
Les balises HTML seront retirées
Les adresses commençant par http:// seront automatiquement converties en liens