À la Trout Point Lodge, la base de la cuisine cajun s’apprend avec classe. Le pavillon, en gros rondins d’épinette, surplombe la rivière Tusket encore vierge (renseignez-vous sur les excursions de pêche guidées) et voisine la réserve de la biosphère du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, reconnue par l’Unesco. Après un bain chaud dans la cuve de bois, nous avons visité le fumoir construit sur mesure. « Pour moi, les meilleurs poissons et fruits de mer au monde sont ici », affirme le coproprio d’origine louisianaise Vaughn Perret, dont les ancêtres venaient de Nouvelle-Écosse. Son saumon fumé servi avec œufs au déjeuner lui donne raison.

Comme le parc provincial de Mavillette est peu connu des touristes, nous l’avons eu pour nous seuls. Une vieille clôture de corde délimite la grande plage sablonneuse et les trottoirs de bois qui enjambent les marais maritimes et les dunes herbeuses. La plage est idéale pour un pique-nique avec vue sur le soleil se couchant dans la baie de Fundy.

Après avoir admiré les bâtiments de bois des années 1840 sur le front de mer de Shelburne, nous avons savouré un pâté aux champignons et à l’ail rôti sur la terrasse du Charlotte Lane Restaurant and Craft Gallery, préparé par le chef et coproprio suisse Roland Glauser. La boutique propose céramiques faites dans les Maritimes, ustensiles en étain et même le livre de recettes du resto.

À Yarmouth, l’Art Gallery of Nova Scotia Western Branch, sise dans une ancienne banque, présente des lectures de poètes et de dramaturges locaux et expose des œuvres d’artistes renommés, tel Christopher Pratt. Ce mois-ci, on y présente le travail de Walter Ostrom, un céramiste new-yorkais établi à Lunenburg. (On peut aussi voir son travail au Musée canadien des civilisations.)

Au Digby Pines Golf Resort and Spa, un ancien palace du Canadien Pacifique, l’ambiance rétro de la salle à manger, avec ses plafonds hauts et sa vue sur la mer, a servi d’écrin à notre souper de pétoncles de Digby sautés en sauce à l’orange et aux carottes. Après avoir arpenté le parcours conçu par Stanley Thompson, les golfeurs peuvent relaxer au spa, où un massage pensé spécialement pour eux s’attarde à tous les muscles qu’une bonne ronde sollicite.


PHOTOS : TOURISME DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE (SHELBURNE, BANC, ROLAND GLAUSER, VITRAUX); NSCAD (CÉRAMIQUE)