Skip to Content (Press Enter)

English / Français

Chez Ernest Hemingway

Une visite de sa retraite havanaise devenue musée.

Un papillon noir tournoie dans l’air chaud. Il erre de-ci de-là dans la pièce, monte frôler le museau d’une tête de gazelle empaillée, redescend parmi les bouteilles poussiéreuses de Campari. Penchée aussi loin que possible par-dessus la corde qui interdit l’entrée, je suis du regard ce veinard que j’envie d’explorer librement la maison.

une tête de gazelle empaillée, une machine à écrire, des livres et une bouteille d'alcool.Les objets qui faisaient son bonheur : une tête de gazelle empaillée, une machine à écrire, des livres et une bouteille d'alcool. (Photo: Marguerite Long/Flickr.com)

Je suis à la Finca Vigía, au sommet d’une colline, à 30 minutes du centre-ville de La Havane. Cette demeure, où Ernest Hemingway a vécu plus de 20 ans, a été cédée avec son terrain à l’État cubain après que l’écrivain a mis fin à ses jours, en 1961. Tout y est demeuré intact. Depuis 1962, les jardins et la résidence, sous le nom de Museo Hemingway, sont ouverts au public. On ne peut pénétrer dans la maison, mais, comme c’est une demeure de plain-pied aux larges portes et fenêtres ouvertes sur chaque façade, on voit presque chaque pièce depuis les grandes terrasses.

Ce que Hemingway voyait en se réveillant le matin.Ce que Hemingway voyait en se réveillant le matin. (Photo: Robert Spasiuk/Flickr.com)

J’ai les orteils plantés au-delà du seuil de la porte d’entrée tandis que l’employée du musée récite sa leçon : « Voyez les bouteilles d’alcool. Là, vous avez son fauteuil préféré. Et là, ses livres. Notez l’affiche d’une corrida espagnole. » Si seulement elle pouvait se taire. Je suis une inconditionnelle d’Hemingway, et cette visite a pour moi quelque chose de sacré. L’auteur a vécu et rédigé neuf de ses livres ici, dont au moins deux bijoux : Le vieil homme et la mer et Paris est une fête. Jamais un pèlerinage n’aura pour moi un tel air d’apothéose.

Hemingway est très aimé à La Havane. Chaque bar qu’il a fréquenté, chaque chambre d’hôtel où il est descendu, tout a été conservé et peut se visiter, seul ou en groupe organisé. En voilà justement un qui me dépasse tandis que la guide indique un mur de la salle de bain de la finca, où Hemingway notait quotidiennement son poids, en livres : « 10 mars 1960 : 202,5. » Il avait pris 100 g depuis la veille.

Sa salle à manger devenue ménagerie.Sa salle à manger devenue ménagerie. (Photo: Paul Jones/Flickr.com)

Malgré sa célébrité, la correspondance personnelle de Hemingway révèle un homme sensible et timide. Autant il aimait Cuba, autant il chérissait son intimité, comme il l’a exprimé dans une lettre écrite ici : « Trop de gens savent que nous habitons ici et on a fait trop de publicité sur nous et des gens viennent comme pour voir les éléphants du zoo. » Ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas contribué à façonner sa propre légende. Je dénombre 18 têtes empaillées, trois créatures conservées dans le formol et une peau de léopard étalée sur un banc. Sur une table de son bureau sont alignées 10 cartouches à plombs et neuf balles de fusil.

L'entrée de la Finca VigíaL'entrée de la Finca Vigía (« Maison d'observation »), qu'il a payée 12 500 $US en 1940. (Photo: Davidlansing.com)

Mais c’est un autre Hemingway dont je cherche la trace, celui dont la dernière lettre, écrite 17 jours avant sa mort, encourageait un petit malade de neuf ans à guérir, afin qu’ensemble ils puissent se « raconter en blaguant [leurs] expériences d’hôpital ». À la fenêtre suivante, je trouve l’objet de ma quête : sa chambre à coucher, un endroit privé qui détonne avec son image publique. Dans cette pièce peu meublée se trouve un lit au couvre-lit élimé de chenille bleue. Sur l’oreiller, on a posé la casquette de coton beige que Hemingway portait dans certaines célèbres photos. Empreint d’humilité, ce décor me rappelle la dernière phrase du Vieil homme et la mer : « Le vieux rêvait de lions. »

Museo Hemingway Finca Vigía , San Francisco de Paula , Carretera Central Km 12.5 / 12, 5, La Havane, 53-7-691-0809

Sur le même sujet

ARTS & CULTURE     REPORTAGES     LITTÉRATURE    

S'y rendre

Air Canada offre vers La Havane un service quotidien sans escale depuis Toronto.

S'il vous plait, laissez un commentaire

Les balises HTML seront retirées
Les adresses commençant par http:// seront automatiquement converties en liens