Tim Fagan

Concepteur principal dans l’équipe Bombardier à l’origine du flambeau olympique

Le plus cool de travailler sur le flambeau, c’était quoi ?
Ça cassait complètement la routine. Ici, chez Bombardier, on dessine habituellement de gros véhicules, comme des avions et des trains, et c’était génial d’avoir la chance de concevoir quelque chose de si différent. Et c’est excitant de participer à un projet aussi prestigieux que les Jeux.

En quoi le flambeau est-il fait ?
Il est composé d’aluminium anodisé, d’acier inoxydable et de polyester renforcé de fibres ; sa forme est inspirée du paysage hivernal canadien. Une des caractéristiques dont nous sommes le plus fiers, c’est la façon dont la flamme brûle et jaillit à la verticale, ce qui fait qu’elle traîne derrière le flambeau quand on le porte, un peu comme un drapeau.

Combien de personnes ont participé au projet du flambeau, en tout ?
En comptant chaque étape, de la conception à la fabrication en passant par l’ingénierie, au moins 50.

Combien de flambeaux votre équipe a-t-elle produit ?
Douze mille.

Quel est votre sport d’hiver préféré ?
Le hockey. Juste devant le patinage de vitesse sur courte piste.


Miga

Mascotte olympique

Le travail de mascotte est-il ardu sur le plan physique ?
Oui, parfois, mais ça me permet de rester svelte. Avec Quatchi et Sumi, je pratique divers sports quand nous visitons nos amis un peu partout au pays. On a joué au hockey et fait du patinage de vitesse, du ski de fond, du curling et de la traîne sauvage. Et il faut travailler la force de nos bras, car nous saluons et étreignons beaucoup de gens.

Quel genre de réchauffement faites-vous avant de saluer les foules ?
Je fais des étirements (c’est capital), puis des sauts avec écart pour me réchauffer, et je m’exerce à me trémousser le popotin. Après tout, c’est ma marque de commerce.

Quel est votre sport d’hiver préféré ?
En tant qu’ourse de mer qui aime le surf, je vote pour la planche à neige.

Si vous deviez choisir une technique que vous avez améliorée pour les Jeux, ce serait quoi ?
Heu, le trémoussement du popotin ? Sérieusement, dans mes temps libres (qui se sont fait rares depuis un an), je peaufine mes figures sur demi-lune. J’ai mis au point une pop tart hallucinante l’an passé, et là je vise un rodéo à tout casser. Après tout, une fois mon travail de mascotte complété, je pourrais être un espoir de médaille en 2014.




Kevin Cassidy

Menuisier de plus de 10 000 objets de bois (dont les podiums) ; enseignant à l'Atelier de fabrication Rona de Vancouver 2010

Comment l’Atelier a-t-il vu le jour ?

C’est le fruit d’une association entre Rona et le COVAN, une véritable possibilité de développement durable. C’était un programme de formation de 30 semaines pour une soixantaine de personnes éprouvant des difficultés à entrer sur le marché du travail, qui ont ainsi pu compléter la première année de leur formation de quatre ans en menuiserie. Déjà, certains de mes étudiants ont été embauchés par Rona.

Parmi les objets que vous créez, quel est votre préféré ?
Les abris contre le froid suscitent beaucoup d’intérêt, tout comme les rampes d’accès pour fauteuils roulants.

Il vous a fallu combien d’arbres ?
J’ai cessé de compter, mais tout sera recyclé. Même les plus petites pièces seront démontées et réutilisées.

Quel athlète rêvez-vous de voir sur un de vos podiums ?
Peu importe, du moment qu’il soit canadien. Même si je viens d’Angleterre, rien ne me touche autant que l’hymne national du Canada. Ceci étant dit, j’ai un fils de 19 ans et, si je le voyais un jour monter sur un podium, je pourrais mourir heureux. C’est tout un joueur de hockey.


Anne-Séguin Poirier

Conceptrice de costumes et consultante à la scénographie pour la cérémonie d’ouverture

Les Jeux sont-ils le plus gros projet sur lequel vous avez travaillé ?
Oui. J’ai bossé avec le Cirque du Soleil, entre autres sur Delirium, un projet en aréna, donc à peu près à la même échelle. Mais au niveau de la diffusion ça ne se compare pas.

Ç’a dû être effrayant à coordonner, pour les costumes. Juste les essayages…
Oui, c’était tout à fait éparpillé. Ç’a été un gros travail de coordination avec l’équipe, parce qu’il y a 5000 danseurs, athlètes et artistes bénévoles qui viennent de pas mal partout au pays.

L’équipe des cérémonies est composée de superstars : David Atkins et Ignatius Jones à la direction artistique, Bruce Jackson au son, qui a travaillé avec Elvis Presley… Que retenez-vous de cette collaboration ?
Ce que je trouve intéressant, c’est que c’est une création collective, les Jeux. Le Canada est un grand pays, alors on a toutes sortes de visions qui se rencontrent, et il faut faire en sorte qu’ensemble on ait le même projet. Le fait de dire que moi, je viens du Québec et que j’apporte aux Jeux une partie de ma culture, ça me rend fière.

Quel est votre sport d’hiver préféré ?
Le hockey. J’ai joué quand j’étais plus jeune. Je suis une fan des Canadiens et je ne suis pas gênée de le dire.


June Strandberg

Conceptrice et créatrice des 1800 bouquets remis aux médaillés ; fondatrice de l’organisme caritatif Just Beginnings Flowers

Comment est né Just Beginnings ?
J’ai approché le centre correctionnel pour femmes de Burnaby, ici en Colombie-Britannique, en 1989. Nous y avons établi un magasin de fleurs à services complets et un centre de formation ; au fil des ans, 58 de mes élèves sont devenues fleuristes une fois libres. En 2004, quand la prison a fermé, la Phoenix Society, qui réhabilite toxicomanes et alcooliques, m’a demandé de m’associer avec elle. J’exploite maintenant notre boutique et notre centre de formation dans le nouvel édifice de la Phoenix, à Surrey.

Combien de gens travaillent aux bouquets des médaillés ?
Environ 18 de mes élèves ont été affectés à leur confection, pendant 26 jours. C’est sans compter les ouvriers fleuristes, qui préparent les fleurs d’avance, nettoyant leurs tiges et approvisionnant les concepteurs.

Quelle facette de votre participation aux Jeux d’hiver de 2010 préférez-vous ?
Ce que j’aime vraiment le plus, c’est voir les élèves apprendre un nouveau métier qui leur permettra de se trouver un emploi.

Quel est votre sport d’hiver préféré ?
J’adore le patinage artistique.


Vos commentaires : courrier@enroutemag.net


Merci à l’atelier de costumes de l’Opéra de Montréal.