Skip to Content (Press Enter)

English / Français

Comment voyager comme un olympien

Que vous visiez le podium ou la promotion, décrochez l’or grâce à ces conseils de voyage scientifiquement prouvés et testés par les athlètes.

Reposez-vous avant de partir

Reposez-vous avant de partir

La fatigue du voyage, c’est la lassitude et l’inconfort qu’on ressent quand on casse sa routine en passant une demi-journée assis. Le trajet Toronto-Lima (un vol de huit heures dans un même fuseau horaire) sera cause de fatigue du voyage. Le vol de 11 heures de Vancouver à Séoul, qui ont 17 fuseaux d’écart, entraînera en plus des symptômes du décalage horaire. Si vous amorcez votre voyage en dette de sommeil, nul remède au décalage horaire ne vous soulagera. Donc, pas de nuit blanche avant le départ… ni à l’arrivée.


Recalez le décalage horaire

Recalez le décalage horaire

Faites-le en déphasant vos rythmes circadiens. Sans être aussi radical que l’équipe canadienne de hockey sur glace féminin, vous pouvez faire quelques modifs. Si vous voyagez à l’est, couchez-vous une heure plus tôt que la veille quelques jours de suite ; si vous allez à l’ouest, tentez de retarder l’heure du lit. Pour un effet accru, exposez-vous à la lumière plus tôt le matin dans le premier cas, et plus près du dodo dans le second.

Aide au sommeil

Quand le décalage horaire frappe, boostez votre dodo en prenant un supplément de mélatonine (permis par l’Agence mondiale antidopage) 30 minutes avant de vous coucher. Et n’oubliez pas d’obtenir un plan personnalisé de lutte au décalage horaire à jetlagrooster.com.


Prenez un bon départ

Prenez un bon départ

À l’arrivée, allez marcher ou jogger pour aider la synthèse d’hormones régulant le métabolisme (cortisol), l’humeur et la digestion (sérotonine) et le sommeil (mélatonine).
 

« À destination, faire de l’exercice de jour, surtout dehors, est un puissant moyen de remettre son horloge biologique à l’heure. »
Dr Robert McCormack, médecin chef, Comité olympique canadien


Mettez de la pression

N’arrivez pas courbatu et avec les pieds endoloris. Les vêtements de contention activent la circulation sanguine (un facteur important de récupération) et empêchent mollets, chevilles et pieds d’enfler en vol.

Échelle de contention : ce que portent les athlètes canadiens

Cassie Sharpe
Cassie Sharpe
Ski acrobatique (halfpipe)
Aucun
Scott Moir
Scott Moir
Danse sur glace mixte
Des socquettes
Mark Arendz
Mark Arendz
Biathlon paralympique et ski de fond paralympique
Des mi-bas
Patrick Chan
Patrick Chan
Patinage artistique
Un pantalon de contention

Mangez vos céréales

Mangez vos céréales le soir

Quelques jours avant le départ, commencez à prendre vos repas à l’heure de votre destination, ce qui aidera à régler votre horloge biologique. En cas de décalage important (de Vancouver à Séoul, par exemple), mangez un déjeuner léger en soirée et prenez votre repas le plus copieux en début de journée.


L'or

Imaginez-vous viser l’or

De même qu’un skieur acrobatique visualise chaque saut avant de s’élancer, passez minutieusement en revue votre argumentaire ou votre exposé avant de le livrer. Chaque détail visuel que vous pouvez rassembler, par exemple de la salle où vous prendrez la parole, rendra votre visualisation plus réaliste et fructueuse.
 

« Les images sont le langage de la performance. Ce qui ne s’imagine pas ne peut se faire. »
Peter Jensen, préparateur mental canadien


L’ABC de la pleine conscience

Par Peter Jensen, préparateur mental canadien

A

PORTER ATTENTION Orientez-vous et revoyez la tâche à accomplir.

B

BIEN RESPIRER Prenez le temps de vous concentrer sur votre respiration.

C

CIBLER UN CENTRE D’INTÉRÊT Guidez graduellement votre esprit sur ce que vous allez faire, puis faites-le. Si vous perdez votre concentration, pas de panique : recommencez du début.
 

« Avant une compétition, mon esprit s’emballe, mais quand je ferme les yeux et que je visualise mon souffle, ça me ramène dans le moment présent. »
Patrick Chan, patineur artistique


Préparez-vous au pire

Mais préparez-vous au pire

Visualiser les embûches éventuelles permet de mieux s’y préparer : par exemple, un changement soudain des conditions météo pour un athlète, un fichier PowerPoint qui refuse de s’ouvrir lors d’un exposé… Pour éviter qu’un pépin ne vire au cauchemar, ne laissez rien au hasard : prévoyez piles supplémentaires, médicaments rhume et sinus, clés USB et sauvegardes infonuagiques.

Sur le même sujet

PYEONGCHANG 2018     CONSEILS DE VOYAGE    

S'il vous plait, laissez un commentaire

Les balises HTML seront retirées
Les adresses commençant par http:// seront automatiquement converties en liens