Skip to Content (Press Enter)

English / Français

En plus de parcourir la planète à titre de propriétaire et coprésident du détaillant canadien Hatley, une entreprise connue pour ses vêtements aux couleurs vives et aux calembours intraduisibles, Jeremy Oldland sillonne les cieux dans ses temps libres (il a déjà été propriétaire à 25 % d’un vieux Cessna). Nous l’avons joint juste avant son départ pour le plus grand salon professionnel au monde, en Chine. 

Jeremy Oldland

Vos vêtements sont pliés, roulés ou tassés ?

Ils sont tous en lin, alors je les plie. Mais je ne mets jamais rien en soute. Et si quelqu’un veut voyager avec moi, il doit faire pareil.

En pro des vols de nuit, comment gérez-vous les décalages horaires ?

J’avale un mélange d’eau et de mélatonine. L’important, c’est le premier soir : si j’arrive à dormir à destination, je peux me lever le lendemain et travailler.

Quand avez-vous obtenu votre brevet de pilote ?

J’ai toujours voulu piloter, alors j’ai économisé, pris des cours et fini par obtenir mon brevet. Ma première passagère, Anthea Dawson, allait plus tard devenir ma femme. Ce qu’elle ignorait à l’époque, c’est que je n’avais mon brevet que depuis cinq ou six jours.

Quelle est votre table préférée à Guangzhou ?

Il y a le Dong Jiang Seafood Restaurant, qui ressemble à un aquarium. Le rez-de-chaussée fait 280 m2 et est rempli de gros bassins peuplés d’ormeaux, de grosses crevettes et de langoustes. Vous faites le tour avec une planchette à pince et vous notez vos choix ; c’est à la fois dégoûtant et fantastique.

 

Connaissez-vous quelqu’un qui pliera bagage bientôt ? Écrivez-nous à cestdanslesac@enroutemag.net.

Sur le même sujet

C'EST DANS LE SAC     CONSEILS DE VOYAGE    

S'il vous plait, laissez un commentaire

Les balises HTML seront retirées
Les adresses commençant par http:// seront automatiquement converties en liens