Skip to Content (Press Enter)

English / Français

La gagnante du prix Polaris Tanya Tagaq sur le Nunavut et sa collaboration avec Björk

Une entrevue avec la chanteuse et auteure originaire du Nunavut.

Tanya Tagaq

Ville natale Cambridge Bay, Nunavut

Domicile Toronto

Signe distinctif Chanteuse de gorge lauréate d’un prix Juno et d’un Polaris

Projet actuel Promouvoir son premier livre, Split Tooth, un mélange de prose et de poésie paru le 25 septembre

Dernière escapade Tasmanie, en Australie. « J’ai joué au festival Dark Mofo. C’est fou d’aller aussi loin et de constater que là-bas, les effets du colonialisme sont semblables à ceux d’ici. »


En quoi le travail pour Split Tooth a-t-il différé des chants de gorge ou de la musique ?
Je n’ai jamais eu le trac sur scène, mais j’étais terrifiée à l’idée d’écrire ce livre. Il est en chantier depuis 20 ans et révèle des secrets à propos d’événements avec lesquels je suis enfin en paix. C’était sympa de mélanger réalité et fiction : j’ai intégré à l’histoire des souvenirs d’enfance très précis, tel le craquement de pneus de camion sur la roche de schiste à Cambridge Bay, puis j’ai teinté le tout de fiction, en personnifiant par exemple des aurores boréales.

Que souhaitez-vous transmettre aux lecteurs ?
J’aimerais montrer aux lecteurs non autochtones ce que cachent les statistiques et les sensibiliser aux réalités quotidiennes qui mènent à des taux élevés de suicide et de violence dans le Nord. Je souhaite que ce récit nous humanise et qu’il favorise certains changements, comme des soins de santé mentale mieux adaptés.

Vous entourez-vous d’objets évoquant le Nunavut ?
Ma maison en est pleine, j’ai un énorme crâne de bœuf musqué au mur. J’en apporte aussi en voyage : des boucles d’oreille en os de baleine boréale et de morse, entre autres. J’emmène mes enfants dans le Nord chaque année ; il faut qu’ils sachent d’où ils viennent.

Vous avez travaillé avec des pionnières de la musique. Une expérience vous a marquée ?
J’ai un faible pour Buffy Sainte-Marie depuis l’enfance, alors c’était génial de collaborer avec elle sur Medicine Songs. J’ai aussi été très impressionnée par Björk quand on a travaillé sur son album Medúlla, en Espagne. Son cerveau est incroyable. Elle pouvait tour à tour produire, jouer et travailler sur l’ordinateur. Elle est aussi du genre à s’assurer que ton verre de vin est plein.

Sur le même sujet

TÊTE-À-TÊTE