Skip to Content (Press Enter)

English / Français

Tête-à-tête avec la musicienne Cœur de pirate

La chanteuse canadienne sur la Nintendo, les chansons en français et les spectacles à Toronto.

Coeur de pirate

Ville natale Mont-Royal, Québec

Domiciles Montréal et Paris

Signe distinctif Auteure-compositrice-interprète bilingue primée comptant plus de 3 millions de lectures en continu mensuellement

Projet actuel La promotion de son plus récent album, En cas de tempête, ce jardin sera fermé, qui sortira en juin

Souvenir favori « Un vieux Pentax argentique acheté à Paris il y a quelques années. Je l’utilise encore. »


Dans quel esprit avez-vous composé votre nouvel album ?
J’ai vécu des moments intenses lors de ma dernière tournée : quand elle s’est terminée, j’étais déprimée, j’ai commencé à boire et j’ai arrêté de composer. J’ai fini par réaliser que ce n’était pas normal de ne plus pouvoir écrire. J’ai cessé de boire et tout m’est revenu : je me suis dit que je devais absolument mettre en mots ce que j’avais réprimé.

Votre dernier album, Roses, était bilingue. Pourquoi être revenue à des compositions francophones ?
Mon son est différent en anglais, il est plus pop. Les sujets qui ont inspiré mon nouvel album s’abordaient mieux en français, parce qu’ils sont très personnels et empreints d’une certaine nostalgie qui s’exprime vraiment mieux dans ma langue maternelle.

Quel bilan tirez-­vous de vos 10 ans de carrière ?
Ç’a été beaucoup d’avion, entre l’Europe, le Canada et les États-Unis. Mais surtout, j’ai été marquée de voir grandir les gens qui m’écoutent depuis mes débuts sur Myspace, à 17 ans. Leur fidélité me touche.

Comment passez-vous le temps en tournée ?
Je joue à Pokémon sur ma Nintendo DS. Ça me permet de rester sobre et calme en avion. J’aime beaucoup le tatouage et j’en fais un peu, donc il m’arrive aussi d’en dessiner.

Y a-t-il un endroit où vous aimez particulièrement vous produire ?
À Montréal, c’est toujours fou, mais chaque fois que je vais à Toronto, les gens sont hyper contents de me voir. Ils ont une autre façon d’écouter la musique francophone puisque, pour plusieurs, c’est une langue apprise à l’école. Pour moi, c’est une autre vibe.

Sur le même sujet

TÊTE-À-TÊTE