Skip to Content (Press Enter)

English / Français

Tête-à-tête avec l’artiste canadien Kent Monkman

Le peintre cri parle d’art indigène, de son alter ego bispirituel et de son projet en cours épique.

Kent Monkman

Ville natale Winnipeg

Domicile Toronto

Signe distinctif Des expos au Musée des beaux-arts de l’Ontario et au National Museum of the American Indian de Washington.

Projet actuel Vernissage à Paris de Two Ships au printemps, présentée en avant- première au 6 Degrees Citizen Space de Toronto, avec l’appui d’Air Canada.

Destination de rêve « L’Ermitage à Saint-­Pétersbourg, en Russie. »


Shame and Prejudice, votre expo sur l’expérience autochtone canadienne, est présentement en tournée. Quel accueil reçoit-elle ?
Les gens voient des toiles sur des sujets qu’ils n’ont jamais vus auparavant. Ma plus grande, c’est The Scream, qui représente l’enlèvement d’enfants autochtones. Ces images rendent l’histoire plus réelle et font réagir.

Aviez-vous un but éducatif ?
Oui. Je n’avais pas réalisé à quel point l’histoire du pays était méconnue de la plupart des Canadiens. Il y a une longue histoire d’effacement. Les gens ont beau être informés des faits et des chiffres liés aux suicides chez les ados et aux disparitions et assassinats de femmes, mais en saisissent-ils les incidences émotionnelles ? Là est la mission de l’art.

Qui est Miss Chief, le personnage double qui figure dans plusieurs de vos tableaux ?
Je voulais créer un personnage capable de subvertir le regard ; quelqu’un qui, à première vue, semble sorti du xixe siècle, mais qui remet en question la dynamique de cette version de l’histoire. Ce personnage symbolise le troisième sexe et les sexualités incomprises par les cultures des colons européens, puis réprimées par l’expérience coloniale. Je la fait également vivre dans mes performance scéniques.

Actuellement, Vous terminez Two Ships, votre plus grande toile à ce jour. Pourquoi cette dimension ?
Elle mesure 3,6 m x 7,3 m et j’y ai travaillé pendant trois ans. Elle représente le traité du wampum à deux rangs entre les Haudenosaunee et les Hollandais, et elle n’aurait pas le même effet sur une petite toile. C’est aussi pour rendre hommage à la peinture française, dont je suis un admirateur.

Sur le même sujet

CANADA    

S'il vous plait, laissez un commentaire

Les balises HTML seront retirées
Les adresses commençant par http:// seront automatiquement converties en liens