Skip to Content (Press Enter)

English / Français

À 6 h 37, une odeur de café, de bacon et de gaufres m'éveille, moment de volupté qui vire à l'inquiétude quand je réalise que William, mon mari, dort encore près de moi. En suivant le son familier des dessins animés à l'étage, je trouve Andrew, six ans, et Henry, quatre ans, (depuis quand sont-ils debout ?) à la cuisine avec Raul et Beth, les hôtes de notre chalet : les garçons se régalent de céréales bios alors que Raul sert de grandes tasses de café fumant. Fouet à la main, Beth demande, joviale : « Du pain doré, ça vous dit ? » Ces vacances familiales commencent drôlement bien.

Steamboat Springs ResortHenry scrute le paysage.

Nous sommes à la Steamboat Springs Resort, au Colorado, parce que des amis branchés neige nous ont dit que c'est la station de ski la mieux pensée pour les familles aux États-Unis. La montagne aux six sommets offre des conditions variées pour skieurs de tous niveaux, des programmes de jour pour enfants réputés, et ses tremblaies proposent une poudreuse sèche hors pair. Au fil des ans, nous avons amassé plein de bons souvenirs de vacances en famille, mais pour une raison que j'ignore, tout foire dès qu'il est question de neige. D'habitude, après avoir failli m'électrocuter en manipulant des combines de polar et déposé les enfants couverts de larmes gelées au pied d'une montagne, je me surprends à me demander : « Pourquoi ? » À vrai dire, on est ici afin que ces vacances de ski soient les meilleures qu'on ait jamais prises en famille.

Steamboat Springs ResortLa journaliste sèche le visage de son fils après une bataille de boules de neige.

Après le déjeuner (et une leçon de galets donnée par Raul dans la salle de jeux), on nous dépose devant le complexe pour enfants de la station, le Kids' Vacation Center (ou KVC). Door 2 Door, un service de location-livraison de skis et de planches, nous a déjà pourvus de bottes et de skis pour notre semaine au chalet. (Quiconque a sué dans une boutique de location à tenter de faire entrer un petit pied dans une botte aux cris de « Trop p'tit ! » appréciera.) Nous faisons connaissance avec Leigh-Ann McLaughlin, monitrice blonde au grand sourire munie de deux peluches, qui attend Andrew et Henry pour leur cours particulier de ski. Après quelques « Tope là », les voilà partis se réchauffer sur le tapis roulant, tout contents de suivre Leigh-Ann, qui transporte un thermos de chocolat chaud et qui sait quelles autres gâteries. « Amusez-vous ! Gros bisous ! » lançons-nous à l'unisson. Ils ne se retournent même pas.

Steamboat Springs Resort« Sans les mains, m'man ! » Andrew pratique ses « frites » dans la zone pour enfants.

William et moi avons 1118 m de dénivelé à explorer, mais sans les enfants il nous faut un moment pour nous mettre en train. Nous cessons de nous coller le visage aux vitres des télécabines, dans l'espoir d'apercevoir les garçons, plus vite que je ne désire l'admettre, et nous penchons sur la carte en quête des couloirs de poudreuse. Alors que nous traçons notre voie jusqu'aux pentes abruptes et arborées, j'ai l'impression que mon mari, tout à sa liberté retrouvée, veut me larguer, moi aussi. (De niveau intermédiaire fort, je suis mariée à un skieur expert.) Plus tard dans la matinée, nous montons dans la télécabine avec Ryan Watts (un moniteur australien aux cheveux dorés et aux immenses yeux bleus). Je me félicite d'avoir de la gomme dans la poche secrète de mon anorak tandis qu'il me décrit les étendues qui s'ouvriront bientôt à nous. Alors que je savoure cet instant, je sursaute au son d'une voix familière s'élevant de l'autre côté de la cabine : « Laura, comment vont les enfants, crois-tu ? »

Nous sortons tous les trois et chaussons nos skis, la vallée de la Yampa s'étalant en contrebas, et Ryan nous fait un topo sur les environs et nous indique la cime des monts Sunshine et Storm ainsi que le télésiège débrayable qui mène au sommet. C'est la haute saison, mais les pentes n'ont pas l'air bondées et je m'étonne que Ryan nous dise que la station affiche complet : le grand nombre de pistes et de remontées rapides aide à disperser les foules. « Si on cherche glamour et clinquant, on va à Vail ou à Aspen. Mais pour la poudreuse, la belle neige et l'ambiance décontractée, on vient ici », lance-t-il avant qu'on amorce la descente.

Steamboat Springs ResortDans le sens horaire: On remonte la pente ; un jeune cowboy au Haymaker ; une belle courbe d'apprentissage ; Jesse et Shrock, les chevaux du Haymaker.

Nous nous échauffons sur quelques pistes dégagées en nous dirigeant lentement vers les sous-bois. Située sous la limite des arbres, Steamboat (la Boat, en bref) est réputée pour son ski de forêt. Nous atteignons les Twilight Glades dans un silence total : la neige qui monte à la taille crée un calme feutré qu'ignorent les skieurs de la côte Est, habitués au son des skis sur la glace. Alors que nous descendons ces pentes douces dans la poudreuse sèche scintillant au soleil, j'entends chanter les oiseaux dans les trembles et les pins.

Après quelques descentes, je remarque des sportifs filant à toute allure en équipement de ski adapté : des monoskis Torque aux couleurs vives. « Steamboat a un programme pour les skieurs handicapés, le STARS », explique Ryan, utilisant l'acronyme du Steamboat Adaptive Recreational Sports, l'organisme handisport de la station. Steamboat Springs compterait plus d'athlètes olympiques par habitant que tout autre lieu : 1 sur 145, certains des plus grands athlètes paralympiques habitant la région. Nous continuons, avec un large virage à gauche sur Lower Vagabond, et nous arrêtons pour admirer le Sleeping Giant (ou mont Elk) et une partie du centre-ville au loin. Marquant une pause pour dîner, nous allons au KVC jeter un œil sur les enfants, qui sont si absorbés par leurs nouveaux amis et les hot-dogs qu'ils ne nous remarquent même pas.

Steamboat Springs ResortOn se jette à l'eau aux Old Town Hot Springs.

En famille, le lendemain, nous explorons le centre-ville de Steamboat Springs, qui depuis 1906 n'a cessé de croître sur les rives de la Yampa. Sur la route depuis l'aéroport, il y a quelques jours, tout n'était que blanches étendues sauvages, cols enneigés et escarpements rocheux. On imagine aisément les trappeurs arrivés ici au début du xixe siècle, qui en approchant entendaient le gargouillis de la rivière, tel celui d'un bateau à vapeur (steamboat, en anglais), et le centre-ville fait encore Far West. Lincoln Avenue (l'artère principale aux édifices de brique rouge et à l'arène de rodéo) pourrait toujours passer pour le cœur d'une communauté d'éleveurs laborieux, avec ses entreprises familiales comme F.M. Light & Sons, qui vend depuis cinq générations chapeaux et bottes de cowboy et équipement de rodéo professionnel. Mais c'est autre chose aux Old Town Hot Springs.

En creusant le premier bassin il y a un siècle pour que sa famille puisse « prendre un bain », James Crawford, fondateur de Steamboat Springs, n'imaginait pas ce complexe aquatique alimenté par une source (huit piscines d'eau thermale, un mur d'escalade, une piscine semi-olympique et deux sinueuses cascades d'eau) sur Lincoln Avenue, jadis envahie d'armoise. Tandis que William et Henry barbotent dans l'eau chaude d'une des piscines, j'accompagne Andrew au mur d'escalade. Enveloppés d'énormes nuages de vapeur (l'eau est à 40 °C, mais l'air, à -10 °C), nous pourrions nous croire dans les hauteurs de la Boat par un jour gris alors qu'Andrew se hisse en pro sur la paroi de pierre avant de soudain lâcher prise. Lorsqu'il refait surface, ses premiers mots sont « cascade d'eau », aussi nous bravons le froid et courons à l'escalier couvert, Andrew gravissant les marches deux à deux. En dévalant le tunnel d'eau, nous recréons l'époque où les résidents en maillot de bain skiaient sur les berges enneigées pour faire plouf dans ce bassin d'eau minérale, sauf que nous n'avons pas de skis. Mon cœur bat à toute vapeur alors que nous émergeons de la glissade pour atterrir dans l'eau fumante.

Steamboat Springs ResortGrâce aux lumières qui scintillent à l'année longue, c'est toujours fête à la Steamboat Springs Resort.

À la fin de la semaine, nous passons un après-midi à skier en famille sur la piste Christie et constatons des progrès remarquables. Le chasse-neige craintif de Henry s'est mué en beaux virages confiants, alors qu'Andrew slalome avec maîtrise, prend de la vitesse et garde ses skis parallèles. Ils ont dans les poches les bulletins manuscrits quotidiens de Leigh-Ann (« Henry, garde les pointes rapprochées. Fais la pizza ! » et « Andrew, t'es super avec tes skis en parallèle. N'oublie pas : comme des frites ! »), et je n'ai qu'une question en les regardant étaler leurs nouvelles habiletés : pourquoi avons-nous attendu si longtemps ?


Steamboat Springs Resort

Carnet de voyage

01 S’il le demande gentiment, M. Chase Fix laissera votre bambin de six ans tenir les rênes lors d’un tour de traîneau à la brunante à Haymaker. (haymakergolf.com)

02 Achetez des bottes, un cheval bâton ou de la charqui chez F.M. Light & Sons, entreprise familiale qui vend des articles westerns depuis plus de 100 ans. (fmlight.com)

03 Door 2 Door loue de l’équipement de ski haut de gamme qu’il livrera chez vous (et ramassera) sans frais. (d2dskis.com)

04 Jeunes de cœur et de corps, grimpez le mur d’escalade, dévalez les cascades d’eau et nagez aux Old Town Hot Springs(oldtownhotsprings.org)

05 L’Ore House at The Pine Grove, meilleur grill de Steamboat Springs, charmera les enfants (il occupe une grange centenaire) et comblera les plus grands de chateaubriands de bœuf du Colorado et de bière artisanale. (orehouse.com)


Steamboat Springs Resort

Où loger

Moving Mountains Chalets
Pouvant loger deux ou trois familles, le chalet Arabella récemment rénové offre cuisine de chef, foyer massif, laveuse-sécheuse et baies vitrées donnant sur les Rocheuses du Colorado. (La pièce équipée de sèche-bottes vaut à elle seule le séjour.)
movingmountains.com

Sur le même sujet

VOYAGES EN FAMILLE     DESTINATION DE SKI     SPORTS ET BIEN-ÊTRE    

S'il vous plait, laissez un commentaire

Les balises HTML seront retirées
Les adresses commençant par http:// seront automatiquement converties en liens