Skip to Content (Press Enter)

English / Français

Nobu Matsushisa sur les saveurs du Pérou et sa découverte des sushis

Le pionnier de la cuisine fusion sur la civelle, les saveurs du Pérou et sa découverte des sushis.

Nobu Matsushisa

Ville natale Saitama, Japon

Domiciles Tokyo et Los Angeles

Signe distinctif À la tête de 45 restos et hôtels homonymes répartis dans 22 pays.

Projets actuels Son livre, Nobu: A Memoir, sort le 7 novembre, et son premier établissement canadien, avec resto, hôtel et appartements, doit ouvrir à Toronto l’an prochain.

Tout juste de retour D’Espagne. « J’ai adoré tous les plats de civelle (jeune anguille). »


Quand avez-vous su que vous vouliez être chef ?
La première fois que, jeune ado, je suis allé au comptoir local de sushis avec mon frère, j’en suis resté pantois. Les gestes des chefs, l’éclat des garnitures, l’arôme du riz : c’était envoûtant.

Après avoir grandi au Japon et y avoir lancé votre carrière, déménager au Pérou, c’était comment ?
J’ai tout de suite adoré les saveurs du Pérou et je me suis mis à faire des essais. Coriandre, agrumes, piments : je n’aurais pu imaginer ces ingrédients au comptoir à sushis, mais ça marchait. Bien des plats qu’on considère aujourd’hui du « style Nobu » en sont le résultat.

Comment comparez-vous inventivité et exactitude dans votre vie professionnelle ?
Elles s’équivalent. Quand on crée, tout est possible. Mais une fois qu’on a atteint ce qu’on vise, il faut être constant. Il y a des plats typiques de Nobu et une cuisine de style Nobu : les spécialités maison doivent être exactes, alors que le style est interprété par nos équipes dans le monde afin d’offrir de nouveaux plats.

Orient/Occident : existe-t-il encore de telles frontières dans la cuisine d’aujourd’hui ?
Je n’ai jamais vu de frontières en cuisine. La base de mes plats est japonaise, mais le plus excitant quand on cuisine, et qu’on mange, c’est l’exploration : le mariage de saveurs qui rendra chaque bouchée inoubliable.

Quelles sont vos destinations gourmandes préférées ?
Tokyo est mon chez-moi, c’est ma cuisine natale. Miami est énergique et jouit d’une influence internationale. Hawaii, pour les saveurs des îles et le poisson frais, et puis New York, car cette ville est toujours en quête de nouveauté. Je pourrais continuer.

Sur le même sujet

TÊTE-À-TÊTE    

S'il vous plait, laissez un commentaire

Les balises HTML seront retirées
Les adresses commençant par http:// seront automatiquement converties en liens