Skip to Content (Press Enter)

English / Français

Les origines d'un des thés les plus rare de Taipei

L'histoire d'un cultivateur qui a popularisé les feuilles de thé ravagées par les insectes.

Kao Chao Chau

À écouter Kao Chao Chau la raconter, l’histoire du thé Mi Xiang, cultivé partout à Taiwan et même en Chine, ressemble à un conte de fées. Les cultivateurs d’oolong du comté d’Hualien, une région montagneuse au centre de la côte est de Taiwan ponctuée de plaines fluviales et de rizières, savaient qu’ils devaient veiller à leurs récoltes. Mais quand le soleil plombait sur cette partie de l’île, ils allaient plutôt au village avaler une soupe bœuf et nouilles. À la récolte, ils remarquèrent de petits insectes semblables à des pucerons qui avaient envahi leurs théiers et grignoté les feuilles, les rendant difformes et difficiles à vendre. Ils baissèrent leurs prix et retournèrent à leur soupe. Ils constatèrent que le bon thé noir avait parfois un goût de miel, mais n’en firent pas de cas.

 

 

Thés au Jiaming Tea Garden

Un jour, il y a 33 ans, Kao en a eu marre de vendre son thé grignoté à prix réduit, et il a eu la folle idée d’exploiter ses bibittes. Il s’est mis à offrir ce produit en le présentant comme une rareté. Désormais, il en obtient 7500 nouveaux dollars de Taiwan (environ 300 $) pour 600 g des meilleures feuilles. Kao a même construit un musée, le Jiaming Tea Garden, et propose aux visiteurs des dégustations de 10 tasses de thés plus ou moins grignotés pour qu’ils puissent les comparer. Quand on goûte celui dont les feuilles ont été rongées à point, la saveur de miel jaillit.

Jiaming Tea Garden Mizuho Maizuru Rural Village 65, comté d’Hualien, 886-3-887-1325, jiaming-teagarden.com.tw

Sur le même sujet

FERMIER     TAIPEI     TAIWAN     THÉ    

S'il vous plait, laissez un commentaire

Les balises HTML seront retirées
Les adresses commençant par http:// seront automatiquement converties en liens