Pastaga - Montréal

Concilier amour du CH et haute cuisine ? Martin Juneau vise ce but au Pastaga, son resto à portions réduites. Dans la cuisine carrelée de rouge, le soir d’un match, les chefs associés (l’autre est Louis-Philippe Breton, un ex du Bouchonné) et les clients assis à la table des chefs peuvent suivre le hockey à la télé.

Match ou pas, Juneau reste concentré à 110 % sur les plats. Il fait preuve de la même créativité débridée mais maîtrisée qu’aux trois périodes de l’expérimental Montée de lait. Malgré son nom, synonyme en argot marseillais de pastis (alcool qui sert ici de base à des cocktails aussi simples que réussis), le Pastaga a l’accent culinaire montréalais. On y interprète l’héritage juif de la Métropole avec précision et concision : smoked meat de bison, pain de seigle maison ; chopped liver à la juive ; saumon mariné avec salmon jerky râpé et salade de rattes.

À gauche : Les chefs Louis-Philippe Breton et Martin Juneau (assis) et l’équipe du Pastaga