Skip to Content (Press Enter)

English / Français

1. Millers & Rossi

Une fois à l’intérieur de cette galerie d’art contemporain représentant 10 artistes éclectiques de Denver, poussez la porte arrière (déguisée en estampe encadrée). Vous découvrirez un bar rétro inspiré des années 1920, dont le décor (éclairage tamisé, murs de brique, touches de cuivre et canapés bas) est à l’opposé de l’espace clair et froid de la galerie. Buvez votre old fashioned fumé en vous laissant hypnotiser par The Joy of Painting, de Bob Ross, qui joue au-dessus du bar central.

millersandrossi.com

2. Il Posto

Andrea Frizzi, un Milanais débordant d’énergie, est arrivé au RiNo en 2017 quand il a déménagé dans cette vaste salle son resto de cuisine d’Italie du Nord ouvert depuis 10 ans. Faites comme chacun et commandez la burrata, puis des pâtes maison (Frizzi a volé la recette de ragù porc-marjolaine à sa mère) ou le risotto à la fontine flambée. Attablez-vous à la mezzanine pour savourer la vue sur le centre-ville (et voir Frizzi à l’œuvre au rez-de-chaussée).

ilpostodenver.com

The Ramble Hotel

Photo : Adam Szafranski

3. The Ramble Hotel

Dans le River North Art District (RiNo) se trouvent plus de 30 galeries, 475 artistes et la plus forte concentration de brasseries artisanales au pays, mais quel quartier pourrait se dire branché sans son hôtel-boutique ? Justement, le promoteur immobilier local Ryan Diggins a ouvert en avril dernier ce grandiose établissement aux 50 chambres proposant de petites attentions prisées des grands voyageurs : des fenêtres qui s’ouvrent, de larges meubles-lavabos bien éclairés, du rangement pour qui veut tout déballer ou ranger ses valises, et du vrai café (avec cafetière à piston). Les pros du cocktail new-yorkais Death & Co. gèrent le hall du Ramble, qui abrite un café tranquille le matin se muant dès 15 h en repaire à apéros où il vaut mieux réserver.

theramblehotel.com

4. Crush Walls

Déambulez dans les ruelles polychromes du RiNo et vous tomberez peut-être sur un imposant lutteur moustachu de lucha libre ou un panda de 6 m à longues dents. Chaque année en septembre, le festival d’art urbain Crush Walls embellit le quartier de nouvelles mu­rales d’artistes locaux et étrangers tels Detour et Shepard Fairey. La Station 16 de Montréal a coproduit l’événement l’an dernier, où l’on a inauguré des visites guidées par le fondateur du festival, Robin Munro.

crushwalls.org

5. Zeppelin Station

Le Montréalais à ses heures Kyle Zeppelin vise les usagers du transport public avec ce marché-foire alimentaire à la gare Blake-38th de la University of Colorado A Line (à cinq minutes de Union Station). On y fera le tour du monde avant de prendre le train en dégustant un cocktail peu alcoolisé, un bol frais de l’Aloha Poke Co., de la bouffe de rue indienne du Namkeen et même un smoked meat d’Au Feu (attention : c’est du bœuf wagyu dans le pain de seigle).

zeppelinstation.com

Murales

3 murales cruciales selon Kyle Zeppelin, habitué de RiNo

Hermes, de Pichiavo, au 3198 Blake St.
« Cette installation a l’air d’une fresque italienne classique avec une touche d’art urbain. Elle s’est démarquée au Crush Walls 2018. »

 

Endless War, de Cleon Peterson, au Source Hotel
« Cleon transgresse aussi les limites entre art urbain et beaux-arts. Les personnages de cette œuvre abstraite trônent au-dessus de l’entrée de la brasserie New Belgium. »

 

Great Women: Aspire to Inspire, de MissMe, au Comal Heritage Food Incubator
« Les portraits de Malala Yousafzai, de Maya Angelou et de Frida Kahlo de cette artiste montréalaise ornent ce lieu que dirigent des immigrantes. »

Sur le même sujet

COLORADO     DENVER