Skip to Content (Press Enter)

English / Français

Biographie du réalisateur

Alexander Carson

Originaire de : Toronto
Âge : 29

Alexander Carson est un cinéaste canadien et l’un des fondateurs du collectif en arts médiatiques North Country Cinema. Il détient un baccalauréat en beaux-arts et une maîtrise de l’école de cinéma Mel Hoppenhein de l’Université Concordia, à Montréal. Ses films ont remporté des prix et mentions dans plusieurs festivals majeurs au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Nommez trois de vos intérêts ainsi qu'un exemple de « pet peeve ».

À part le cinéma, mes principaux intérêts tournent autour des sports (des sports virtuels), de la littérature et de l’Amérique du Nord. Je n’ai aucune bête noire !

Quel est votre film favori ?

Distant Voices, Still Lives (1988) de Terence Davies fait partie de mes films préférés. C’est une autobiographie sensible, racontée avec de splendides compositions classiques et de la musique traditionnelle. C’est un portrait saisissant de la vie à Liverpool durant les années 50, un film courageux et maîtrisé. Vraiment unique.

Quand avez-vous réalisé votre premier film ? Sur quoi portait-il ?

J’ai tourné mon premier film quand j’étais enfant, en empruntant la caméra Vidéo 8 de mes parents pour conserver des images d’un anniversaire ou des vacances familiales. En un sens, ça ressemble à mon travail aujourd’hui. Même si je considère mes films comme de la fiction narrative, ils restent indéniablement liés au récit de mon histoire personnelle. On retrouve toujours fortement ma famille et mes amis dans mon travail. J’utilise encore notre ancienne caméra Vidéo 8 dans certains projets multimédia. Pour moi, la ligne entre la réalité et la fiction, ou entre ma vie personnelle et professionnelle, reste toujours floue.

Quels films ou réalisateurs vous inspirent ?

Je suis un immense fan du cinéma américain des années 70. John Cassavetes, Terrence Mallick et Francis Ford Coppola m’influencent beaucoup. Tellement de films de cette époque ont de la personnalité, du style et de l’audace. J’aime aussi beaucoup le cinéma d’auteur européen, de Béla Tarr à Fellini ; des trucs passionnés avec une vision personnelle.

Quel serait le projet de film de vos rêves ?

Je développe en ce moment un long-métrage intitulé O, Brazen Age, qui s’intéresse à la convergence entre la création artistique et la maladie mentale dans l’ouest de Toronto. Ce projet a beaucoup de potentiel et de valeur, au plan personnel et culturel. J’aimerais débuter le tournage l’an prochain.

Jetez un œil aux événements du Festival du Film enRoute d’Air Canada à
Montréal - Vancouver - Toronto

S'il vous plait, laissez un commentaire

Les balises HTML seront retirées
Les adresses commençant par http:// seront automatiquement converties en liens