Roue libre : introduction au cyclocamping

Partagez

Vous envisagez de partir en camping sur deux roues ? Cette cycliste forte de 37 000 km d’expérience vous dira comment faire.

À vélo depuis l’enfance, Tara Weir, originaire de Toronto, a fait sa première randonnée‑camping cycliste en Chine et en Asie du Sud‑Est à 25 ans. Elle a depuis sillonné plus de 20 pays à vélo.

28 juillet 2021

enRoute Qu’aimez‑vous dans le cyclocamping ?

Tara Weir La liberté qu’il procure. Il n’y a rien comme une belle journée à vélo suivie d’un arrêt à un beau site de camping pour faire un feu. On peut vraiment s’éloigner de la foule et se retrouver seule dans une nature magnifique.

ER Comment faites‑vous vos bagages ?

TW Les premières années, j’avais quatre sacoches lourdes. J’ai à présent une approche plus minimaliste : je me suis débarrassée de mes grands sacs et j’ai opté pour un plus petit matelas. J’ai aussi un bon sac de cadre, ce qui est excellent, puisque ça centre le poids sur le vélo.

À lire : 10 fabuleux parcours de cyclocamping au Canada

Tara Weir à vélo au Tadjikistan
Tara Weir dans les montagnes du Tadjikistan, en 2015

ER Un article incontournable ?

TW Un sac de couchage en duvet, chaud et comprimable, est un must. J’en ai un coté ‑18 °C que j’emporte à chaque randonnée, et une tente légère Hubba Hubba NX de MSR.

ER Un nouvel essentiel ?

TW J’ai utilisé des béquilles bizarroïdes au fil des ans. Pendant une grande partie d’un voyage en Asie, je tâchais de trouver un bout de bois. Maintenant, j’ai un Click‑Stand, une béquille pliable conçue pour les vélos lourdement chargés.

ER Des astuces pour la route ?

TW Attaches autobloquantes et ruban adhésif entoilé vous serviront à réparer plein de trucs, comme les vêtements déchirés. Il faut savoir bricoler.

Tara Weir à vélo dans l'Utah
À vélo en Utah en 2019

ER Des lieux à voir absolument en cyclocamping ?

TW J’aime les déserts de haute altitude, comme ceux du sud‑ouest des États‑Unis. J’adorerais pédaler en Namibie, je ne suis jamais allée en Afrique. C’est du désert, ça ! (Je déteste rouler sous la pluie.) Et puis la Géorgie et l’Arménie, pour leurs magnifiques paysages, leur cuisine délicieuse et leurs charmants habitants.

À lire : Randonnée singulière : traverser l’Inde en vélo de montagne

ER Votre itinéraire canadien préféré ?

TW La section canadienne de la Great Divide Mountain Bike Route, qui va de Jasper à Roosville, au Montana. C’est une randonnée spectaculaire sur chemin de terre. 

Tara Weir vélo canada
La cyclocampeuse sur la Great Divide Mountain Bike Route Canada, en 2019

Comment mieux apprécier le cyclocamping

  • Commencez petit —

    Ne soyez pas obnubilé par l’équipement de cyclocamping; contentez‑vous de discuter avec des randonneurs d’expérience au lieu de chercher à lire chaque site web sur le sujet. Faites une sortie d’un week‑end et familiarisez‑vous avec la routine vélo + camping. Prenez ça mollo et ne vous mettez pas trop de pression sur les épaules.

  • Faites usage des bonnes ressources —

    Commencez par consulter les bonnes ressources disponibles, comme bikepacking.com. On y trouve une foule d’informations pour planifier son itinéraire, entre sortie d’une nuitée et randonnée épique de plusieurs mois. Créez vos propres itinéraires à l’aide de Ride with GPS; quant à Komoot, il indique les profils altimétriques ainsi que les chaussées revêtues et les sentiers praticables en nature.

  • Choisissez l’équipement de cyclocamping qui convient —

    Si vous partez randonner sur chaussées revêtues, vous n’avez pas à trop vous soucier de votre équipement de cyclocamping. Les sacoches offrent de la polyvalence, parce qu’on peut équilibrer le poids sur le vélo, et elles permettent un peu plus de confort que les tout petits sacs de cadre propres au cyclocamping; par contre, elles vibrent et peuvent bouger, et donc si vous partez rouler en pleine nature sur des sentiers cahoteux, les sacs de cyclocamping vous seront plus utiles.