Le message d’amour à Montréal de Byron et Dexter Peart

À l’instar de nombreux designers montréalais, Byron et Dexter Peart s’inspirent de l’endroit où ils habitent. La créativité de la plus grande ville du Québec stimule les jumeaux, qui ont lancé leur griffe d’accessoires haut de gamme, WANT Les Essentiels de la Vie, en 2000 et qui, dorénavant, ennoblissent l’énoncé de mission de leur marque pour participer à l’élaboration d’un monde meilleur, bienveillant, réfléchi, beau ; grâce à Goodee, marché en ligne d’articles pour la maison et autres objets triés sur le volet, où bons designs et bonnes intentions se recoupent. On se demandait comment la métropole influençait leur approche créative, alors nous les avons retrouvés chez eux, à Habitat 67, pour discuter de ce qu’ils préfèrent à Montréal.

09 avril 2020

Byron Peart L’énergie et l’esprit créatif, c’est un endroit merveilleux où rester. La qualité de vie est exceptionnelle. Je pense que la diversité des langues, la diversité culturelle et créative, c’est une des meilleures villes au monde où être en ce moment.
 

Dexter PeartJe suis Dexter.
 

BP Et moi c’est Byron. On est les cofondateurs de Goodee. Cinq choses qui selon nous rendent Montréal si unique et spéciale : Je dirais avant tout ses festivals. C’est l’endroit où passer l’été.
 

DP Sa culture bilingue. Je crois que ça donne à la ville toute son unicité.
 

BP La proximité avec la nature. C’est assez remarquable de pouvoir s’évader en 45 minutes, échapper à la frénésie de la ville et vite se retrouver sur un lac, en canot, en hiking ou à faire du vélo de montagne.
 

DP La bouffe, c’est clair. Vous ne trouverez pas de meilleure nourriture en Amérique du Nord. On a tellement d’amis qui viennent directement de New York juste pour manger. Et on est privilégiés d’avoir autant de bons restos et d’ingrédients de qualité. Ça, c’est définitivement une des choses qui rend Montréal si spéciale.
 

BP Notre bâtiment préféré est Habitat 67, où on se trouve en ce moment. On habite ici tous les deux. Dexter y vit depuis 15 ans, et moi, 10. Dans le cadre de l’Expo 67, Moshe Safdie a imaginé le futur de la vie communautaire, en s’éloignant du modèle standard de gratte-ciel et il a eu l’idée de créer des logements qui redéfinissent la conception d’espaces de vie.
 

DP On a l’impression d’être à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. Des unités flottantes connectées entre ville et nature, une idée encore très moderne aujourd’hui.