Dans le bagage à main d’un créateur de parcs aquatiques

Partagez

David Fredenburgh, architecte paysagiste de Toronto spécialisé dans les parcs d’attractions et aquatiques, nous montre ce qu’il apporte en voyage autour du monde pour le travail.

Qu’il s’agisse d’un parc à thème scientifique du nord de l’Ontario qui s’inspire du passé minier de la région ou d’un parc d’attractions en Chine qui puise dans le folklore régional, David Fredenburgh raconte des histoires avec des manèges et des glissades d’eau. L’architecte paysagiste de Forrec, la boîte qui a signé Canada’s Wonderland, Universal Studios Florida et Legoland Deutschland, redéfinit continuellement les parcs à thème modernes avec son équipe. Parmi ses projets actuels, notons un vaste parc aquatique de marque dans l’ouest de la Chine et un jardin fantastique au Vietnam, tous deux au stade de la planification. Son thème de rêve ? « L’espace. J’aimerais créer un parc aquatique où l’on puisse contempler l’immensité de l’Univers et comprendre son côté spectaculaire et mystique. »

04 décembre 2020

enRoute Comment abordez‑vous l’étape de conception dans vos projets ?

David Fredenburgh J’aime beaucoup travailler avec des clients qui arrivent avec un canevas vierge et avec qui tout est possible. On peut alors définir une vision pour le parc et présenter quelques trames narratives. On utilise souvent la réalité virtuelle et l’animation pour que les clients s’imprègnent de l’expérience, comme s’ils visitaient l’endroit. Puisqu’on travaille beaucoup en Asie, ces outils visuels nous aident à communiquer des idées en cas d'obstacle linguistique.

ER Qu’est‑ce qui vous inspire ?

DF J’aime m’inspirer de la culture locale. Récemment, j’ai contribué à concevoir un parc à thème en Chine qui puisait à même la civilisation antique et le folklore du pays. Je suis privilégié que mon travail m’ait permis d’y passer beaucoup de temps afin d’en apprendre plus sur les richesses de l’histoire, de l’architecture et de la cuisine du pays. Ma visite de la Grande Muraille m’habite encore. J’ai pu utiliser tout ce savoir de manière respectueuse afin de créer une expérience client unique. L’idée est d’insuffler les saveurs locales aux manèges principaux du parc afin de créer un lieu ludique et attirant. On peut éduquer les visiteurs et leur ouvrir les yeux sur des questions culturelles si tout s’arrime bien à la trame narrative. Cela dit, on ne cherche pas à créer un musée d’histoire ; de tels établissements existent déjà. L’endroit doit être amusant, ludique, immersif ; c’est un espace social.

ER Ça vous fait quoi de voir les gens visiter vos parcs ?

DF J’ai assisté à l’ouverture de Terre dynamique de Science Nord, une expo en plein air au Big Nickel de Sudbury, en Ontario. On y a bâti un espace de jeux éducatifs avec des glissades et de l’équipement minier offert par l’industrie. Aux côtés des médias, on a ouvert le parc aux enfants et aux familles : tout ce qu’on avait imaginé et conçu à la dure prenait vie sous nos yeux. Voir les gens utiliser l’espace que vous avez dessiné selon votre vision, c’est très gratifiant.

ER Comment le lieu influence‑t‑il la conception d’un parc ?

DF Le but est d’utiliser le terrain à votre avantage. Ce qui est bien avec les manèges et les glissades d’eau, c’est qu’ils sont malléables et qu’on peut les adapter au paysage. J’ai travaillé sur des projets où les glissades sont à flanc de colline et ça fonctionne très bien. Il faut toutefois une bonne surface plate pour les piscines. Sur d’autres projets, comme celui du parc aquatique intérieur du Mall of America, au Minnesota, il a fallu arriver à faire entrer toutes les attractions dans un espace limité.

ER Quelles sont les innovations qui sont en voie de transformer les parcs d’attractions et aquatiques ?

DF Les parcs aquatiques sont de plus en plus immersifs et les trames narratives ont plus de sens. Il existe aujourd’hui plusieurs façons d’aller au‑delà de la rivière à débit lent et de la piscine à vagues. Aquaticar, par exemple, ressemble à un manège classique de parc thématique, mais vous permet d’aller sous l’eau et d’observer des bancs de poissons. L’industrie tend aussi vers le développement durable. De plus en plus, les investisseurs veulent réduire leur consommation d’énergie. Certains exploitants de parcs ont ajouté des panneaux solaires pour créer des zones d’ombre et profiter de l’énergie renouvelable.

ER Où avez‑vous hâte d’aller ?

DF J’ai hâte de retrouver en chair et en os nos clients en Asie. Sur le plan personnel, je reluque le Royaume‑Uni. J’avais planifié un voyage sac au dos de Londres à la côte nord de l’Écosse, en mars, que j’ai dû annuler à cause de la pandémie. En février, j’étais au Pérou pour surfer, faire de la planche à sable et escalader le Machu Picchu (j’aime le tourisme d’aventure).

ER À quoi ressemblent vos bagages ?

DF Je suis du genre à tout plier. Ça prend plus de temps, mais ça paye quand j’ouvre ma valise à l’autre bout et que tout est en ordre.

ER Faites‑vous vos bagages à l’avance ou à la dernière minute ?

DF Au moins 24 heures avant le vol si possible.

ER Un truc de voyage à partager ?

DF Pour affronter le décalage horaire, je change l’heure dès l’embarquement. Ça signifie que je me force à dormir aussitôt assis ou à rester éveillé, mais ça fait toute la différence.

Que contient le sac de David ?

Empreintes d'acétate dans un liant
  • Empreintes sur acétates — Un catalogue de glissades est essentiel à l’étape de la planification ; on peut le feuilleter et faire des choix selon la forme et la taille, puis superposer les acétates au plan, comme avec le papier‑calque.

Croquis réalisés avec un stylo Pilot V-sign sur un bloc-notes quadruple
  • Bloc‑notes de papier quadrillé et stylo V‑sign de Pilot — Pour prendre des notes lors de la visite d’un site ou griffonner dans l’avion, j’ai toujours du papier ; le quadrillage facilite la mise à l’échelle des croquis avec les bonnes proportions.

Une tablette et un stylet HP avec un rendu de parc aquatique à l'écran
  • Tablette‑PC HP — Cette tablette peut rendre plans, idées et dessins numériques vivants lors d’une présentation. Je m’en sers aussi comme portable pour faire mes tâches administratives.

Croquis dessinés sur papier calque
  • Papier‑calque — Le papier‑calque me sert à superposer des croquis de glissades d’eau sur des plans de site, et je les déplace pour aider le client à avoir une vue d’ensemble.

Deux ensembles d'échantillons de fibre de verre colorés
  • Échantillons de fibre de verre — Comme les glissades d’eau sont le point de mire d’un parc, nous proposons une palette de couleurs qui met en valeur notre canevas.