Les restaurants canadiens luttent pour leur survie et celle de leur communauté : voici comment vous pouvez aider

Au Canada, l’industrie de la restauration englobe quelque 100 000 petites entreprises qui emploient plus d’un million de personnes. Grâce à vous (et à nous tous, en fait), les restaurants ont généré 93 milliards de dollars à notre économie l’année dernière.

Et en ce moment, votre restaurant de quartier a grandement besoin de vous. Bien sûr, il est impossible de contribuer en commandant au bar une bouchée et une bière pour l’heure ; mais voyez comment, depuis la mi-mars, des restaurants à travers le pays nous rappellent pourquoi nous les aimons tant.

Au moment où les ordres de fermeture balayaient le pays à la mi-mars, les restaurants, bars et cafés indépendants et leurs employés se sont rapidement serré les coudes en se mobilisant et en se regroupant pour s’entraider, et aider les autres membres de leur communauté. Voici un petit tour d’horizon de ce qui se passe au pays.
 
 

Soutien aux travailleurs de la restauration

Alors que la moitié des restaurants indépendants du Canada sont fermés pour une durée indéterminée, des centaines de milliers de travailleurs ont du mal à joindre les deux bouts. Dans les jours qui ont suivi la consigne d’isolement volontaire au Québec, Jessica Cytryn et Kaitlin Doucette ont créé le Fonds de secours aux travailleurs de la restauration de Montréal, l’une des premières initiatives de collecte de fonds pour employés au pays. Avec des dons via la plateforme GoFundMe et des ventes en ligne s’élevant à plus de 111 000 $, le Fonds a déjà apporté son soutien à 569 travailleurs et est déterminé à élargir sa portée. « Une bonne façon de contribuer est de passer le mot au sein de votre réseau », explique Cytryn. « Plus la portée sera grande, plus nous pourrons aider de gens ».

Des fonds d’aide d’urgence similaires ont depuis été créés dans d’autres villes, tels que le Toronto Restaurant Workers Relief Fund et le Vancouver Food and Beverage Community Relief Fund. Le Fonds canadien d’appui aux travailleurs du secteur de l’hôtellerie (CHWRF) offre quant à lui des subventions uniques de 500 $ à toute personne œuvrant dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration confrontée à une pénurie de travail. Le Fonds, créé par une coalition de restaurateurs et Uber Eats, a accordé 20 000 subventions dans le cadre d’une première vague ayant débuté le 6 mai. Les besoins étant sans précédent, l’objectif est de développer le Fonds et de continuer à aider. « Nous n’avons jamais pensé être touchés par une chose pareille », déclare Vikram Vij, porte-parole du CHWRF, restaurateur et partenaire culinaire d’Air Canada. « Dans des circonstances exceptionnelles, nous avons peut-être dû fermer pour quelques jours ou une semaine au plus, mais six semaines ou six mois ? Les restaurateurs et les travailleurs n’ont aucune protection contre ça. »

De nombreux restaurants ont opté pour un modèle « payez maintenant, mangez plus tard » pour tenter maintenir leur entreprise et leurs employés à flot. À Calgary, Eatlater.ca a commencé en tant que guichet unique pour l'achat de cartes cadeaux dans de nombreux restaurants locaux, avant de se développer récemment et de soutenir des entreprises d’un océan à l’autre. L’organisation à but non lucratif Breaking Bread est une plateforme en ligne qui relie les consommateurs à plus de 1 500 restaurants, établissements vinicoles, brasseries et services de livraison de produits alimentaires dans tout le Canada, avec un moteur de recherche permettant de trouver rapidement le pad thaï ou le poulet frit dont vous avez envie.

13 mai 2020
Une femme regarde un épisode de la série Homeschool sur son ordinateur portable
Homeschool Series.   Photo : Christian Tisdale/Black Events

Il est possible d'apprendre de nouveaux trucs de cuisine en échange d’une contribution à l’initiative Homeschool Series, un partenariat avec Brewery & The Beast (un ensemble de festivals culinaires qui ne peuvent pas se dérouler comme prévu cette année). D’anciens chefs, dont Justin Leboe de Model Milk et Pigeonhole (deux fois récompensé par les Meilleurs nouveaux restaurants du Canada), et des barmans invités participent chaque jeudi à une nouvelle séance vidéo de préparation de nourriture et de cocktails. Les bénéfices de chaque épisode, au coût de 10 $, sont répartis entre le chef et le barman participants ainsi que l’organisation caritative de leur choix.

Montrer comment former des boulettes sur une plaque de cuisson dans la série Homeschool
Affichage d'un plat fini de boulettes avec trempette sur la série Homeschool
Homeschool Series.   Photo : Christian Tisdale/Black Events

Les bars, également durement touchés par la pandémie, ne peuvent pas se tourner aussi facilement vers un modèle pour emporter. Depuis 2013, le Bartenders Benevolent Fund permet de financer les barmans, les serveurs et le personnel de salle confrontés à des difficultés financières en raison de blessures et de maladies, et maintenant, de la Covid-19. Les fonds sont collectés par le biais de dons individuels, de parrainage et d’activités de collecte de fonds (Suntory-Beam Canada a récemment fait un don de 50 000 $).
 
 

Solidarité envers les petites entreprises

« Dès que nous fermons nos portes, nous commençons à perdre de l’argent », déclare John Sinopoli, copropriétaire et chef exécutif des restaurants Ascari de Toronto. « Des restaurants ferment par centaines chaque jour. »

Sinopoli a réussi à garder la cuisine du Ascari de Leslieville active : vente de cartes-cadeaux (50 % des revenus vont à un fonds pour aider les employés d’Ascari dans le besoin), préparation de repas pour nourrir les travailleurs de la santé et don de repas aux Centres communautaires d’alimentation du Canada.

Une employée trie les dons de boîtes de nourriture au restaurant Ascari
   Photo : Ascari

M. Sinopoli est également cofondateur de SaveHospitality.ca, une coalition pancanadienne de restaurants (se comptant maintenant par centaines) qui réclame des réformes et des mesures de relance sectorielles (comme des prêts-subventions et des interdictions d’expulsions commerciales) pour aider les petites entreprises à se remettre du désastre financier causé par la Covid-19. « Nous jouons un rôle important dans l’économie, mais nous ne recevons pas l’attention correspondante. Nous demandons donc aux gens qui se préoccupent du sort des restaurants et autres petites entreprises d’appeler ou d’écrire à leurs représentants municipal, provincial et fédéral, pour leur demander de soutenir notre cause. »
 
 

Nourrir les personnes dans le besoin

Lorsque les premières rumeurs ont fait état de fermetures forcées à Winnipeg, le chef et propriétaire d’une entreprise de traiteur, Ben Kramer, a d’abord pensé à toutes les personnes qui se retrouveraient sans emploi. Puis il a pensé à la nourriture. Il a fait un appel de dons sur Instagram (après que son propriétaire ait confirmé qu’il pouvait continuer à utiliser sa cuisine sans payer de loyer) afin que son équipe puisse récupérer des aliments et préparer des repas pour le Main Street Project, qui aide la communauté des sans-abri de Winnipeg. La réponse a été extraordinaire : il a reçu de la nourriture d’établissements allant de casse-croutes au Clementine Cafe (sur la longue liste des Meilleurs nouveaux restos canadiens en 2017), en passant par le Hy’s Steakhouse. « Je pensais que ce serait une poignée de restaurants, mais ça a explosé et on a fini par en avoir 50 ou 60 », dit-il. « Je pense que nous avons traité plus de 100 000 $ de nourriture en deux semaines. » Bien que le projet soit depuis lors terminé (l’objectif était de mettre les restes de nourriture à profit immédiatement après les premières fermetures), Kramer travaille maintenant avec le programme Made with Love des Centres communautaires d’alimentation du Canada pour fournir des repas préparés au NorWest Co-op Community Food Centre.

À Montréal, le célèbre restaurant Montréal Plaza de la rue St-Hubert s’est récemment associé à l’Accueil Bonneau, un centre pour les sans-abri et personnes à risque dans le Vieux-Montréal, afin de fournir des repas à toute personne hébergée à l’hôpital Royal Victoria, converti en unité de confinement pour les personnes démunies testées positives à la COVID-19 ou en attente de résultat. Le restaurant fournit aux résidents de l’hôpital Royal Vic quelque 4 000 sandwiches par semaine.

Des employés du restaurant Rouge préparent de la nourriture à l'extérieur
   Photo : Rouge Restaurant

De même, à Calgary, l’équipe du bien établi Rouge Restaurant a rouvert sa cuisine afin de transformer les aliments offerts et réacheminés en déjeuners et repas pour les Calgariens dans le besoin. Pour soutenir cette mission (avec les ingrédients supplémentaires, l’emballage et la livraison), les chefs du Rouge Paul Rogalski et Olivier Reynaud, les instructeurs culinaires du SAIT Andrew Hewson et Simon Dunn, la cuisinière et auteure Julie Van Rosendaal et la chef propriétaire de Lil' Truck on the Prairie et candidate à Top Chef Canada Elycia Ross, préparent également des provisions comme de la soupe au brocoli et au cheddar, des pâtes aux légumes grillés et de la mousse au chocolat pour un marché éphémère à prix libre, qui s’installe sur la terrasse du restaurant tous les vendredis après-midi.

Les employés du restaurant Rouge à bord de leur camion de nourriture
Des piles de boîtes à pizza du restaurant Rouge
   Photos : Rouge Restaurant

À Terre-Neuve, les restos de St. John’s Terre et The Merchant Tavern aident l’organisme communautaire local Artforce à résoudre les problèmes de sécurité alimentaire des jeunes de la ville qui sont en situation de sous-emploi, en préparant et livrant 100 repas chaque semaine. Et à Vancouver, après quelques semaines à préparer des repas pour les résidents du Downtown Eastside (en plus de proposer un menu pour emporter), le restaurant Chambar a été le fer de lance de l’initiative Food Coalition. Celle-ci met des restaurants comme le Wildebeest et le Fable en relation avec des partenaires comme Foodee, la Ville de Vancouver et la banque alimentaire du Grand Vancouver pour préparer et distribuer des repas aux personnes les plus vulnérables de la ville, comme les personnes âgées, les travailleurs du réseau de la santé et les sans-abri.
 
 

Des repas pour les travailleurs médicaux de première ligne

D’autres restaurants qui se sont retrouvés avec des semaines de denrées périssables entre les mains et aucun client pour qui cuisiner ont redéployé leurs efforts afin de fournir des repas aux travailleurs médicaux de première ligne. Après que Conor Joerin, le proprio de Sugo et Conzo’s Pizzeria à Toronto, ait sollicité sur Instagram des dons de nourriture pour la cause, il a reçu des demandes de la part d’établissements de soins et d’hôpitaux. Il a contacté ses amis connus sous le nom de The Marinara Boys, dont Leo Baldassare (Famiglia Baldassarre), Nick Genova et James Carnevale (Bar Ape Gelato) et Rosario Salvi (Sovereign Cafe), qui ont tous accepté de l’aider. Ils fournissent désormais des repas à quatre hôpitaux chaque semaine.

« James était coincé à la maison en quarantaine, alors il a créé une page GoFundMe qui a depuis recueilli plus de 35 000 $ », explique Joerin. « Leo a commencé à faire des pâtes, et nous avons tous commencé à emballer des repas et à faire des livraisons, ainsi qu’à récolter de l’argent. »

Selon M. Joerin, la philosophie du groupe est de servir aux travailleurs de première ligne les mêmes aliments nutritifs et de qualité qu’ils serviraient dans leurs restos respectifs. Cela signifie qu’il faut s’approvisionner en produits de première qualité comme la burrata qui, autrement, ne seraient pas utilisés à l’heure actuelle. « Il y avait beaucoup d’aliments qui allaient être gaspillés à moins que nous ne les achetions et les transformions en repas pour les hôpitaux. »

Un employé des Marinara Boys dans un masque noir
Les travailleurs des Marinara Boys emballent un camion plein de nourriture prête à être livrée
   Photos : The Marinara Boys

À Vancouver, le chef David Hawksworth, propriétaire des célèbres restaurants Hawksworth, Nightingale et Bel Café, et créateur du menu de bord de la classe Signature d’Air Canada, sert régulièrement des repas aux médecins et aux infirmières de l’hôpital St. Paul’s dans le cadre de son initiative Feed the Frontlines. La communauté des restaurateurs de Winnipeg a également pris des mesures pour fournir des repas aux travailleurs de première ligne dans le cadre de plusieurs programmes. Une autre initiative de Toronto, Feed the Frontlines TO, a permis de récolter 226 460 $ pour la fabrication et la livraison de repas aux travailleurs de la santé, dans des restaurants tels que Pukka, Five Doors North, Little Sister Indonesian Food Bar, Pomegranate Restaurant et Tabule.
 
 

Des restaurants qui donnent au suivant

Au cours des deux derniers mois, ceux qui peuvent encore rouler grâce aux commandes en ligne se sont mobilisés pour donner une partie de leurs revenus à d’autres dans le besoin. Des chefs de Montréal ont profité de l’engouement pour la cuisine maison : le restaurant Elena, qui a déjà fait partie du palmarès des Meilleurs nouveaux restos canadiens, a lancé deux livres numériques de cuisine, tous deux au profit du Fonds de secours aux travailleurs de la restauration de Montréal, soit Elena: Remember Skin Contact?, qui regroupe ses propres recettes, et Elena and Friends: A Tight-Knit (But Socially Distanced) Community Cookbook, auquel ont collaboré certains des plus grands chefs de Montréal. Quant à la journaliste gastronomique (et collaboratrice d’Air Canada enRoute) Amie Watson, elle a publié Quarantine Cooking, au profit du même Fonds.

La couverture du livre de cuisine numérique du restaurant Elena
Une illustration d'une table remplie de nourriture du livre de cuisine numérique d'Elena
   Photos : Elena

À Toronto, le Drake Hotel et le Drake Commissary offrent aux travailleurs médicaux une réduction de 30 % sur les commandes à emporter (en plus des tarifs réduits des hôtels). Vous pouvez également envoyer, dans la région du Grand Toronto, quelque chose de spécial comme une boîte-cadeau ou des produits de garde-manger gourmands de Salt Gourmet Foods. Pour chaque 50 $ ou plus dépensé, l’équivalent de trois repas sera donné à la Daily Bread Food Bank.

Le restaurant Nights & Weekends de Calgary verse 50 % des recettes de cartes cadeaux à son personnel et, sur la côte ouest, des entreprises locales se réunissent pour réinjecter une partie de leurs bénéfices au Vancouver Food + Beverage Community Relief Fund. Vous pourrez ainsi satisfaire vos envies de café (Juicebox Series de Luna Coffee), de chocolat (BETA5 Chocolates) et de bière (All Together I.P.A de Twin Sails Brewings), tout ça pour une bonne cause.

Et si vous cherchez un moyen facile d’aider quelqu’un dans le besoin : allez lui chercher quelque chose à manger. Après tout, qu’y a-t-il de mieux qu’un bon repas ?

ARTICLES RÉCENTS

No Articles Found