Quels sont les meilleurs restos végétaliens de Montréal ?

Partagez

Que vous soyez végétalien ou pas, c’est le moment idéal de découvrir la florissante cuisine botanique de Montréal.

Montréal est depuis longtemps réputée pour la bouffe qui cale l’estomac de ses bineries et bouibouis : ses poutines pleines de fromage en grains, ses bons hotdogs vapeur. Mais la tendance mondiale à délaisser les viandes pour la verdure a récemment fait des petits en ville. Il y a une vague de nouveaux restos végétaliens qui déferle à Montréal, dans des quartiers comme le Plateau‑Mont‑Royal et la Petite Italie.

Et même si ces restos s’adressent aux végétaliens et aux amateurs de cuisine botanique, ils attirent néanmoins de nombreux carnivores. « On est loin des restos dont le menu ne proposait que de fades salades comme choix végétalien », assure Christian Manuel Ventura Alatorre, chef propriétaire du Sushi Momo, un resto de sushis végétaliens situé sur la rue Saint‑Denis, en face du square Saint‑Louis, à Montréal.

Peu après son déménagement de Pénjamo (Mexique) à Montréal, M. Ventura Alatorre s’est trouvé un emploi dans un resto japonais (oui, il mangeait du poisson à l’époque). Mais avoir suivi des cours de yoga dans le Vieux‑Port de Montréal et avoir appris les vertus de la cuisine botanique, il a eu envie d’ouvrir un resto de sushis végétaliens. Au début, son idée a fait l’objet de quelques réserves : « J’allais contre vents et marées, explique M. Ventura Alatorre. Tout le monde me disait que je n’allais servir que des rouleaux garnis de concombre et de carotte, et que ça n’intéresserait personne. Ou encore : “Sans poisson, c’est pas des sushis.” »

Mais grâce à des rouleaux inventifs débordant de saveurs tels que le Kamikaze Inari (tofu sucré à inari, tempura, avocat, nashi, concombre, échalote, émulsion épicée de shichimi et de gingembre), le Sushi Momo a fait un malheur. Et, de concert avec des restos bien établis comme Aux Vivres et le ChuChai, il impulse un nouveau courant de restos végétaliens à Montréal. « J’adore Montréal, et je suis d’avis que les Montréalais sont toujours intéressés à essayer et à savourer de la bonne cuisine, qu’elle soit végétalienne ou pas », affirme M. Ventura Alatorre.

12 mars 2021
Une assiette de tacos vegan dans des tortillas foncées de Casa Kaizen à Montréal
   Photo : Laura G. Diaz
  1. Casa Kaizen —

    Suite au succès du Sushi Momo, le chef Christian Manuel Ventura Alatorre s’est associé à une compatriote, la chef Brizeira Pulido, afin de rendre hommage à la cuisine de leur pays natal tout en incorporant une touche des saveurs japonaises qui en sont venues à asseoir la réputation du premier. Il en est résulté le Casa Kaizen, un resto de cuisine fusion végétalienne qui a ouvert ses portes sur l’avenue des Pins Est, juste à l’est du boulevard Saint‑Laurent, à l’été 2020. Son menu a des tendances mexicaines (mole au « poulet » fait de champignons, tacos aux pleurotes « al pastor »), mais on y fait aussi des clins d’œil à la cuisine japonaise (nachos aux dumplings, saké). M. Ventura Alatorre a ouvert un autre resto pendant la pandémie (en novembre 2020), le Nopalito, qui se spécialise dans la version végétalienne des copieux sandwichs mexicains qu’on appelle tortas.

Assiette de plats cuisinés à la maison de la Tendresse de Montréal: Kit Happy Hour et Spanakopita aux épinards
   Photo : Allison Slattery, twofoodphotographers
  1. Tendresse —

    Un des meilleurs restos végétaliens du bas de la ville s’avère être ce bistro au décor chic mais plaisamment rétro ouvert depuis 2019 dans le village gai. Le Tendresse s’adapte à toute heure du jour (café, cocktails, brunch, dîner et souper) et son menu est un éclectique amalgame de cuisines: entre autres classiques d’autour du monde, il propose des tacos déjeuner au tofu brouillé, un risotto aux asperges grillées, aux carottes laquées au sirop d’érable, aux marrons et à l’huile de truffe, et un pad thaï au pak‑choï, au poivron rouge et aux champignons. Le bistro offre aussi des mets à cuisiner chez soi en collaboration avec Les Weekendeurs, par exemple des burgers de jaque BBQ et des spanakopitas aux épinards. Aux amateurs de Céline Dion et des Spice Girls (bref, tout le monde), le Tendresse propose le dimanche un brunch bien arrosé où l’on chante avec les succès des années 1990, mais qui est présentement sur pause à cause des restrictions liées à la pandémie.

Une assiette de chilaquiles rojos du Le Mariachi
   Photo : Le Mariachi
  1. Le Mariachi —

    Nouveau‑né de novembre 2020, ce resto style sud‑californien de cuisine de rue de la Petite Italie, où officient le vainqueur de la saison 8 de MasterChef, Dino Angelo Luciano, et Sarah Tee (Bowhead Pub et Umami Ramen), ne se targue pas d’être végétalien, mais il l’est. Le menu comprend des tacos au chorizo de soya, des « calmars » de pleurotes et des burritos « ivres » farcis de haricots noirs et de frites de patate douce.

Deux personnes partageant un plateau de sushis végétaliens de Bloom Sushi à Montréal
   Photo : Bloom Sushi
  1. Bloom —

    Sans aucun doute l’un des meilleurs restos végétaliens du Vieux‑Montréal, le Bloom est le luxueux rejeton des proprios du populaire LOV, situé non loin, et du Sushi Momo. Ses makis végétaliens créatifs, prisés des amateurs de poisson, sont faits d’ingrédients tels qu’umeboshis (prunes salées), pesto de tomates et aïoli safrané. En prime, des bouteilles de vin sont offertes à emporter ou à la livraison, conformément aux directives de la Ville de Montréal en lien avec la covid‑19. Si la succursale principale est dans le Vieux‑Port, le Bloom exploite aussi de petits comptoirs aux adresses de la Rive‑Nord et de la Rive‑Sud du LOV.

Une assiette vegan shish taouk avec salade et riz de Sham
   Photo : Sham
  1. Sham —

    Le Sham est un resto syrien de Montréal proposant des plats végétaliens et dont le nom peut se traduire par Damas (al‑Cham, en arabe, est un terme familier désignant la capitale syrienne et tout le Levant). Le menu met en vedette tous vos plats moyen‑orientaux de prédilection (shawarmas, kibbehs, chichetaouks et brochettes au barbecue), mais à base de végétaux et autres champignons plutôt que de viande. Le Sham a deux adresses : une sur l’avenue du Mont‑Royal Est, sur le Plateau, et l’autre sur l’avenue Mozart Est, dans la Petite Italie.

Un hamburger végétalien au fromage végétal de Mimi & Jones à Montréal
   Photo : Katya Konioukhova
  1. Mimi & Jones —

    Nul type de resto n’est plus répandu au Québec que le casse‑croûte servant burgers, frites et poutines. Le Mimi & Jones est arrivé dans le Mile End pour y combler un vide en matière de cuisine végétalienne. Ce resto végétalien rétro de Montréal s’inspire des diners américains classiques, à coup de frites minces, de « cheeseburgers » au « fromage » Chao, de pépites de tofu et de laits frappés sans lait. Pour un peu plus de raffinement, on y propose aussi des raviolis farcis de « ricotta » aux amandes et au tofu, et nappés de pesto ou de sauce rosée.

Une pizza à croûte farcie végétalienne avec saucisse Beyond Meat de Verdi à Montréal
   Photo : Verdi Montréal
  1. Verdi —

    La cuisine végétalienne peut parfaitement être santé, mais ce n’est pas une obligation. À preuve, ce resto de brunchs et de dîners sans viande situé à deux pas du Marché Jean‑Talon de Montréal, dans le quartier arboré et diversifié de Villeray. Le Verdi sert des pizzas à croûte farcie garnies de saucisses Beyond Sausage, des gaufres avec faux poulet, des pâtes et des sous‑marins. Il propose également un brunch du tonnerre : bagel au simili‑saumon fumé, gaufres et « omelette » du jour sans œufs.

Un sandwich au falafel avec des quartiers de pommes de terre assaisonnés de Falafel St. Jacques
   Photo : Falafel St. Jacques
  1. Falafel St. Jacques —

    Comme il n’y a pas de viande dans les falafels, ce populaire resto de Saint‑Pierre a la cote auprès des végétaliens. Dirigé par une équipe judéo‑musulmane, le Falafel St. Jacques sert des boulettes de pois chiche frites parmi les meilleures en ville, ainsi qu’un grand choix de salades (on est loin de se limiter au taboulé), par exemple d’aubergine frite épicée ou encore de courge Butternut au romarin et de patate douce, et de savoureux desserts, halvas compris. On y prépare aussi un simili‑chichetaouk notable à base de shiitakés.