5 des plus belles îles grecques où fuir les foules

Partagez

Oubliez Santorin et Mykonos : ces îles moins connues offrent des paysages gorgés de soleil, des eaux égéennes d’un bleu intense et des villages chaulés que vous aurez pour vous seul.

Éparpillées dans la mer Égée, au sud‑est d’Athènes, les Cyclades forment une spirale de 220 îles qui sont en réalité les sommets de montagnes submergées ; ce territoire rocailleux titille l’imaginaire du photographe texan Marco Argüello depuis des lunes. Selon la mythologie grecque, les Cyclades étaient jadis les nymphes Océanides, filles d’Océan et de Téthys, jusqu’à ce qu’elles provoquent la colère de Poséidon, qui transforma les sœurs en rochers arides. « C’est vrai qu’elles ne sont pas très vertes, mais c’est pourquoi je les aime, souligne Marco. Leurs paysages délavés par le soleil contrastent avec le bleu de la mer. » Il y a quatre ans, le photographe a déménagé à Athènes avec sa femme, née en Grèce. De la capitale, ils prennent souvent le traversier, attirés par un amalgame magique de réclusion, de traditions et de couleurs vives, pour gagner le calme de l’archipel. Syros, Koufonissia, Sérifos, Naxos et Sikinos n’ont peut‑être pas la notoriété et la popularité sur Instagram de Santorin et de Mykonos, mais on y a un sentiment d’isolement que leurs voisines embouteillées n’offrent plus. On y vit à un rythme lent, empreint d’hospitalité, ou philoxenia.

18 mars 2021
Palmiers et maisons blanches classiques trouvées en Grèce

Syros

Une journée dans les villes jumelles d’Ano Syra et d’Hermoupolis vaut la peine pour leur architecture éclectique aux influences byzantine, française, vénitienne et ottomane (sans parler de leur construction en hauteur, forcée par des attaques répétées de pirates). Le prestige d’antan de l’île se lit dans les imposants édifices néoclassiques du XIXe siècle qui dominent Hermoupolis.

Une série de trois images de l'île grecque de Syros avec une carte illustrée

Koufonissia

On peut marcher d’un bout à l’autre de Koufonissia en moins de 45 minutes. Les principaux attraits de l’île sont ses plages vierges, ses anses secrètes (dont To Mati Tou Diavolou, ou l’Œil du Diable) et « l’eau la plus limpide de l’Égée, avec une belle teinte turquoise », selon Argüello.

Une série de trois images de Koufonisia de Gala Beach, des crevettes fraîches et une taverne

Sérifos

Avec des dizaines de plages et le superbe village haut perché de Chora, Sérifos, à seulement deux heures et demie de traversier d’Athènes, est prisée par ceux qui veulent s’évader un week‑end. On peut se prélasser à la plage de Livadi ou, si on aime l’aventure, explorer l’île montagneuse par l’un des 10 sentiers de randonnée et fouiller l’histoire de l’extraction de minerai de fer local, qui remonte à l’Antiquité.

Une série de quatre images de Serifos et de la vie sur la plage de Livadakia

Naxos

Les zones de baignade secrètes et improvisées pullulent dans les Cyclades, et Naxos est assez grande pour que vous en ayez une à vous seul. « J’aime les échelles de piscine, car elles permettent de plonger dans l’eau et d’en ressortir sans avoir à fouler le sable, explique Marco Argüello. Mon rituel : saucette de cinq minutes en eau froide, séchage et lecture d’un livre. »

Une série de trois images de Naxos avec un ferry, une pieuvre et un lieu de baignade caché

Sikinos

Dans l’Antiquité, Sikinos se nommait Oinoi, du grec oinos (« vin »). On y trouve aujourd’hui Manalis, un vignoble en coteau qui produit quatre cuvées, dont un assemblage blanc fruité d’assyrtiko, d’aïdani et de malvoisie, à savourer de préférence avec la vue du coucher de soleil sur l’Égée à la terrasse du domaine. Sinon, Sikinos (et ses 300 habitants) demeure rustique et discrète. « Au menu : cuisine grecque sans prétention, plages, quelques églises et beaucoup de chèvres, résume Marco Argüello. C’est tout. »

Une série de trois images de Sikinos avec une baignade près du port et une vue sur la mer Égée