Comment cette ancienne sucrerie est devenue la muse de la nouvelle architecture chinoise

Dans un coin de paradis, une ex‑usine à sucre a été transformée en complexe hôtelier.

Quand la Chine a entrepris une marche forcée pour se muer de pays agricole en puissance industrielle, la rupture concomitante avec ses fondements historiques est presque passée inaperçue. Maints quartiers traditionnels de ruelles et de maisons à cour intérieure, dits hutongs à Beijing et lilongs à Shanghai, ont fait place à de rutilantes tours, signes de modernité. Mais les choses changent. L’avant-garde des architectes chinois apprécie les spécificités du passé et le sentiment d’appartenance qu’elles suscitent, et les célèbre au lieu de les supprimer. Comme le précise Dong Gong, fondateur de la firme de Beijing Vector Architects, « l’architecture permet de créer des liens étroits avec notre environnement ». Son travail, très axé sur le site d’accueil (notamment l’hôtel Alila Yangshuo, en Chine du Sud), illustre le nouveau credo des jeunes architectes chinois. En posant des idées originales sur des bases existantes, le but est de veiller à faire du vieux avec du neuf.

20 décembre 2019

Structure

Le nouveau courant architectural chinois, dont Vector Architects est à la fine pointe, met en valeur la spécificité des lieux et le patrimoine à l’aide de technologies et matériaux contemporains. « L’architecture doit tenir compte du contexte et répondre aux vrais problèmes qui dépendent de paramètres sociaux, politiques et environnementaux », explique Dong Gong, fondateur de la firme. À l’hôtel Alila Yangshuo, dans la région autonome du Guangxi, dans le sud de la Chine, son équipe a préservé les structures de brique d’une ancienne raffinerie de sucre. S’inspirant de la géologie et des grottes karstiques locales, elle a conçu un spa souterrain où les soins au sucre noir rappellent l’histoire du site. On y accède par un escalier en colimaçon qui tranche avec le béton coulé.

Un couloir en bois qui mène à un escalier en colimaçon
Un escalier en métal traverse un étang de jardin à un deuxième étage
Un escalier en colimaçon en spirale autour d'une décoration circulaire

Histoire

Prenant modèle sur les édifices de la raffinerie pour les deux nouvelles constructions de l’hôtel, l’équipe de Vector a projeté le passé dans l’avenir. L’architecture chinoise est souvent centrée autour d’une cour ; à l’Alila, où un espace extérieur commun permet des lignes de vision qui font le lien entre ancien et nouveau, cette tradition perdure. Imitant le briquetage en superposant des blocs de béton creux et solides, l’architecte a créé des murs qui filtrent la lumière tout en révélant une image pixélisée du monde extérieur. « Nous croyons au pouvoir primitif, tranquille et éternel de l’architecture, qui traverse les époques et résiste aux troubles et à l’incertitude », déclare Dong Gong.

Une vue sur les montagnes au-delà du contour de l'ancienne usine
Un groupe de personnes marche autour du périmètre du bâtiment avec de hautes montagnes derrière elles
Une fenêtre donnant sur la cour

Nature

Le paysage de la région de Yangshuo est réputé pour ses formations karstiques, notamment ses montagnes coniques abruptes. Bien que la conception d’ensemble de l’hôtel mette en valeur la tradition, elle renforce aussi le lien avec la nature. La fausse toiture en treillis plonge les clients dans le bambou des collines. « Le bambou, et le bois en général, évoque à la fois chaleur et légèreté. On s’en est servi pour équilibrer la lourdeur du béton et la rigidité modulaire du bâtiment », explique Dong Gong. Les miroirs d’eau, qui rappellent la Li qui coule non loin, ajoutent leur touche de douceur.

Un homme se tient sous l'impressionnante verrière en bambou de l'hôtel
Une promenade parmi les différentes piscines d'eau devant l'hôtel
L'immense piscine d'eau derrière l'hôtel est bordée d'arbres

Modernité

Dong Gong et son équipe ont installé les chambres et les suites dans les nouveaux bâtiments, où les murs en béton coulé à coffrage de bois alternent avec des écrans en blocs de béton et des passages donnant sur les jardins et la nature. L’empreinte du bois peut évoquer les vieilles maisons de campagne, mais le matériau choisi est ancré dans la modernité. L’esthétique minimaliste garde également l’accent sur les bâtiments patrimoniaux du site.

Le soleil brille sur une femme prenant un escalier extérieur
Les murs sont en béton coulé pressé sur bois
Un escalier donnant sur un balcon face à la verdure

Environnement

L’Alila est blotti dans un défilé entre deux sommets des montagnes karstiques typiques de la région de Yangshuo. Pour amplifier l’effet du spectaculaire paysage, on a volontairement gardé les nouveaux bâtiments bas. La Li coule près de l’hôtel et d’une structure métallique par où on chargeait jadis le sucre sur les bateaux fluviaux. Ce vestige industriel repensé sert à encadrer la piscine, mais symbolise aussi le cadre qui régit l’orientation actuelle de l’architecture en Chine. Dixit Dong Gong : « L’architecture nous permet d’être touchés par un rai de lumière et par l’ombre, par un coin de ciel et de terre, par un bloc de pierre ou une brique, bref, de vivre dans la foi et l’humilité. »

Un hôtel niché entre les majestueuses chaînes de montagnes de Chine
Un homme traverse la rivière Li avec les montagnes derrière lui

ARTICLES RÉCENTS

No Articles Found