Points d’intérêt : Édition frontières

7 choses phénoménales sur notre radar en décembre.

Centre national d’études spatiales
   Photo : Manuel Huynh

Lieu

Voyez l’ultime frontière à Toulouse, en France Les scientifiques ayant la tête dans les étoiles convergent régulièrement vers Toulouse pour leurs recherches extraterrestres. La vieille ville, célèbre pour ses toits en tuiles de terre cuite, a aussi un côté futuriste, puisque 25 % des Européens travaillant dans le secteur spatial y sont basés. Le Centre national d’études spatiales (CNES) y a son centre technique depuis 1968, et les précurseurs de toute la planète s’y retrouveront en juin prochain pour le premier salon Global Space (au programme : rencontres et collaborations visant à rendre les voyages dans l’espace plus abordables et accessibles). En attendant l’arrivée du tourisme galactique, il y a la Cité de l’espace (photo), un musée interactif en périphérie de Toulouse. Montez à bord d’une réplique grandeur nature de la station orbitale Mir, contemplez une copie de 53 m d’un lanceur Ariane 5 et admirez les prochaines avancées pour l’humanité.

La couverture rouge du guide de voyage Atlas Obscura
   Photo : Atlas Obscura / Workman

Livre

Un guide cartographie le curieux et le merveilleux  Les endroits hors des sentiers battus (ou tout simplement insolites) sont le thème du plus récent recueil de curiosités Atlas Obscura (55 $, Thomas Allen). Mettant en valeur des lieux comme le pôle Sud d’inaccessibilité, en Antarctique (où peu bravent les températures de -60 °C), et les Waitomo Glowworm Caves de Nouvelle-Zélande (où des milliers de larves bioluminescentes forment des guirlandes lumineuses d’une étrange beauté), l’ouvrage saura inspirer explorateurs intrépides et voyageurs de salon.

Une femme blonde modèle une parka Mika par Norden

Mode

Cette marque fait des parkas en plastique Fondée en 2018, l’entreprise montréalaise Norden conçoit des vêtements d’extérieur véganes fonctionnels avec un matériau étonnamment douillet : le plastique recyclé. La faible empreinte des habits fait foi de ses visées vertes : chaque parka Mika, par exemple, détourne 45 bouteilles du dépotoir. Quand vous êtes prêt à remplacer votre pelure, vous pouvez la retourner afin qu’elle soit réparée puis revendue, donnée ou recyclée.

Nourriture futuriste colorée qui ressemble à des molécules dans un plat circulaire avec des partitions
   Photo : Alexandra Genis

Art

Une expo interactive donne un avant-goût du futur Se nourrir de lichen après une apocalypse, créer des saveurs à partir de simples molécules ou manger des aliments pourris quand nous serons devenus des humains-hyènes : voilà quelques-uns des scénarios envisagés par Edible Futures: Food for Tomorrow, qui regroupe les œuvres de 13 artistes et concepteurs alimentaires autour du monde. Organisée par le Dutch Institute of Food & Design et présentée à Toronto en janvier, l’expo invite les visiteurs à imaginer les multiples avenues possibles en matière d’alimentation. Pas toujours appétissant, mais ample matière à réflexion.

Technologie

Skiez avec une experte à IA en poche Sur les pistes des stations nord-américaines de Vail Resorts, le meilleur guide n’est pas humain : Emma, première assistante numérique à intelligence artificielle (IA) en son genre, a des infos en temps réel sur les conditions de glisse, l’attente aux monte-pentes et les restos d’après-ski ; il suffit de lui texter vos questions. Emma, c’est une concierge haute technologie disponible en tout temps au bout des gants.

Orville Peck se tient devant une murale de flamant rose vêtue de noir avec le chapeau de cowboy et le masque assortis
   Photo : Carlos Santolalla

Musique

Orville Peck est une star du country nouveau genre Quelques mois après le lancement en mars de son premier album, Pony, Orville Peck a acquis un statut culte. C’est en partie dû à son côté mystique (il porte des masques ornés de glands qu’il fait lui-même), mais aussi parce qu’il refuse les thèmes habituels (bières et honky tonks) du country moderne. Les paroles de cet artiste queer abordent plutôt ses vulnérabilités, les hommes qu’il a aimés et perdus, l’identité et la politique. On l’a vu dans les pages du Vogue et du GQ britannique et il tourne en permanence, mais pour clore l’année, il se produit devant les siens au Danforth Music Hall de Toronto ce mois-ci.

Le prototype noir et blanc de la valise spatiale Horizn One
   Photo : Horizn Studios

Design

Voici des valises conçues pour l’espace La firme berlinoise Horizn Studios a recruté la plus jeune astronaute en formation, Alyssa Carson, 18 ans, pour l’aider à concevoir la première valise de l’espace. Annoncée pour 2030 et à plus de 50 000 $, la valise-prototype Horizn One sera munie d’une base électromagnétique (où la fixer en apesanteur), de supercondensateurs de graphène (pour stocker l’énergie qui alimentera vos appareils) et d’un écran intelligent (pour les appels plus-qu’interurbains).

ARTICLES RÉCENTS

No Articles Found