Canada : le rêve de notre responsable, Médias sociaux à la relance du tourisme

Dix provinces. Trois territoires. Une inoubliable traversée du pays étalée sur un an.

Vignobles à Osoyoos, Colombie-Britannique
Maisons et jardins au bord de Port Rexton
Osoyoos, Colombie-Britannique.
Port Rexton, Terre-Neuve.

Nos projets de voyage pour 2020 étant provisoirement sur pause, nous nous tournons vers nos souvenirs pour trouver du plaisir dans ces escapades inspirantes qui ont eu un écho en nous, et qui nous ont enseigné des leçons précieuses sur nous-mêmes et sur le vaste monde que nous avons en partage. Dans cette nouvelle série, nous revisitons avec vous nos meilleurs voyages à vie, en espérant que vous ferez de même avec nous. Cette semaine, notre responsable, Médias sociaux Caleigh Alleyne refait la traversée du Canada : elle a visité ses 10 provinces et 3 territoires en 2017.
 

enRoute Dis-nous pourquoi ce voyage te revient en tête aujourd’hui. En quoi est-il inoubliable ?
 

Caleigh Alleyne Alors que tout le pays se serre les coudes au moment où l’on se parle, je ne peux m’empêcher de penser aux endroits que j’ai visités en 2017 et aux gens que j’y ai rencontrés. À l’occasion de Canada 150, les habitants de tout le pays ont célébré ensemble l’anniversaire de la Confédération canadienne. J’ai réalisé qu’il était important, pour quelqu’un comme moi, journaliste spécialisée dans le voyage, de découvrir mon propre pays avant tout, et je me suis fixé l’objectif de visiter chaque province et territoire.

28 avril 2020
Une rangée de chaises s'asseoir dans la neige au Southern Lakes Resort, Tagish Lake, Yukon
Southern Lakes Resort, lac Tagish, Yukon.

ER C’est un voyage très ambitieux ! D’où es-tu partie ?
 

CA Au lieu de traverser le pays d’un bout à l’autre en une fois, j’ai planifié plusieurs petits voyages au cours de l’année, en choisissant pour chaque province ou territoire le meilleur moment pour l’explorer. J’ai commencé en hiver par un voyage de ski au parc national Banff, et j’ai conclus mon aventure dans ma province de résidence, l’Ontario, à l’automne. Ça m’a permis de faire l’expérience de ce que le pays a de mieux à offrir, et aussi de varier les types de déplacements et les compagnons de voyage. En mars, je suis allée en solo voir les aurores boréales à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, où je logeais dans un pittoresque gîte du quartier Old Town. Plus tard dans l’année, j’ai amené mon grand-père, 82 ans à l’époque, revoir les côtes légendaires de la région Est de Terre-Neuve-et-Labrador, une province dont il avait des souvenirs émus.

Un pont piétonnier à Miramichi, au Nouveau-Brunswick
Miramichi, Nouveau-Brunswick.
Homard fraîchement cuit à Miramichi, Nouveau-Brunswick
Miramichi, Nouveau-Brunswick.
The Rodd, Miramichi, Nouveau-Brunswick.

ER Quel effet cette traversée du pays a-t-elle eu sur toi ?
 

CA Elle m’a aidée à élargir ma vision du Canada. Quand on envisage d’aller quelque part, c’est souvent aux grandes villes et aux monuments qu’on pense en premier. Mais il y a tellement plus à voir dans ce pays. Quand je parlais aux gens de mon aventure étalée sur un an, ils me suggéraient des endroits que je ne devais pas rater. Une voyageuse dont j’ai fait la connaissance m’a recommandé des restos comme le Hollows et l’Odd Couple, qu’il me fallait absolument essayer à Saskatoon ; et alors que j’explorais les Maritimes, on a fait un détour par Miramichi pour profiter du homard et d’un coucher de soleil hors pair sur la terrasse du Rodd Miramichi River, au Nouveau-Brunswick.

Le sable rouge couvre les plages de l'Île-du-Prince-Édouard
Victoria, Île-du-Prince-Édouard.

ER Quand tu repenses à ta traversée du Canada, qu’est-ce qui reste gravé dans ta mémoire ?
 

CA La diversité géographique du Canada m’a renversée. En un an, j’ai eu l’occasion de randonner dans la toundra au Nunavut, de siroter du vin dans le désert aride où se trouve Osoyoos, dans la vallée britanno-colombienne de l’Okanagan, et de faire de la planche à rame près des plages de sable rouge Victoria, à l’Île-du-Prince-Édouard. Notre pays a tant de beauté à offrir, et ç’a été incroyable de pouvoir en partager l’expérience avec d’autres personnes.
 

ER Si demain tu pouvais te rendre n’importe où au Canada, où irais-tu ?
 

CA Après ces deux derniers mois où j’ai été cantonnée chez moi à Toronto, l’endroit qui me manque le plus au Canada, c’est la Colombie-Britannique. Je rêve de passer du temps à communier de nouveau avec la nature, à proximité des montagnes comme de l’océan. Un de mes souvenirs préférés de cette année-là, c’est quand j’ai fait du ski de printemps à Whistler et que j’ai vu un arc-en-ciel au-dessus du village à notre dernière descente sur les pistes. Le trajet de Vancouver à Whistler sur l’autoroute Sea to Sky est l’un des plus spectaculaires au pays.

Un iceberg solitaire flottant dans les eaux entourant le Nunavut
Nunavut.

ER Quel type de voyageuse es-tu, en deux phrases ?
 

CA Ma première expérience de voyage en solo a été une virée sac au dos en Europe. Ça fait en sorte que je ne prends jamais deux fois le même chemin et que je n’emporte jamais rien de plus qu’un bagage à main (peu importe la durée du voyage).
 

ER Quel est ton souvenir préféré de ce voyage ?
 

CA Ce n’est pas un objet que j’ai rapporté chez moi ; mon souvenir préféré, c’est les rencontres que j’ai faites en chemin. Je me suis fait des amis d’un océan à l’autre et je sais qu’à ma prochaine visite, je pourrai aller prendre une bouchée à Vancouver avec la rédactrice Dished Hanna McLean ou faire la tournée des boutiques de Halifax avec l’artiste Élana Camille.

Des bateaux bordent le port de Vancouver, en Colombie-Britannique
Vancouver, Colombie-Britannique.

Nous voulons connaître vos souvenirs de voyage préférés. Envoyez-nous une photo et un texte de 50 à 100 mots qui explique en quoi la destination choisie vous a tant marqué, et pourquoi vous avez si hâte d’y retourner.

ARTICLES RÉCENTS

No Articles Found