Skiez à l’année sur le toit de la plus grande centrale à énergie propre du monde

Partagez

C’est une impression étrange: dévaler une piste de ski tout en profitant d’une vue panoramique sur une ville grouillant d’activité. Quand on prend le dernier virage serré au pied de la pente, au lieu d’aboutir à un chalet de ski, on se pose dans le quartier Refshaleøen de Copenhague, au plus grand incinérateur à valorisation énergétique des déchets au monde.

Inaugurée en octobre 2019, CopenHill, alias Amager Bakke, se dresse en zone industrielle sur le bord de l’eau à Copenhague, capitale du Danemark. La centrale convertit 440 000 t de déchets en énergie propre par année, ce qui en fait « l’incinérateur à valorisation énergétique le plus propre du monde ». Et l’endroit ne s’adresse pas qu’aux skieurs: offrant aussi la possibilité de courir, de marcher et de faire de l’escalade, CopenHill est une colline récréative de 85 m d’altitude qui donne aux Copenhagois de tous niveaux de condition physique un accès à l’année aux sports de montagne.

04 août 2020
Deux skieurs parlent à un instructeur à la base de CopehnHill
   Photo : Amélie Louys
Vue aérienne de CopenHill à Copenhague
   Photo : Max Mestour, Amélie Louys

L’édifice a été conçu par le célèbre bureau d’architectes danois Bjarke Ingels Group (BIG) qui a signé d’autres monuments remarquables en ville, notamment le très réputé resto Noma, l’ensemble VM Houses-VM Mountain (un complexe résidentiel du quartier d’Ørestad, dans le sud de Copenhague) et d’autres parcs urbains tels que Superkilen et Urban Rigger. À Billund, dans le sud du pays, ce bureau a créé la Lego House, un immeuble qui rend hommage au fameux jeu de construction d’invention danoise. Il a aussi piloté des projets résidentiels innovateurs hors du pays, y compris le VIA 57 West, qui donne sur l’Hudson, à New York, et les Hualien Residences de Taiwan, dont les lignes fluides évoquent les montagnes et la nature.

Un groupe de personnes descendant les escaliers à CopenHill
   Photo : Ehrhorn Hummerston
Les skieurs montent à droite tandis que les piétons prennent les escaliers à gauche sur CopenHill
   Photo : Ehrhorn Hummerston

La pente de CopenHill est constituée d’un plastique recouvert d’une mince couche de silicone qui recrée le niveau idéal de friction et de traction permettant de dévaler les pistes bordées d’arbres. CopenHill propose quatre pistes de ski de difficulté variable, afin que tous puissent savourer cette expérience unique. Quant aux non-skieurs, ils peuvent profiter de sentiers inspirés par la nature scandinave et du plus grand mur d’escalade au monde, haut de 80 m (accréditation en escalade requise). Côté détente, la plateforme d’observation au sommet de l’édifice offre une vue panoramique sur Copenhague et l’Øresund, et il est aussi possible de refaire le plein entre deux descentes au café qui se trouve au pied de la pente.

Articles récents

No Articles Found