Points d’intérêt : Édition Canada

Ces sujets canadiens attirent notre attention en juillet.

Étoiles dans le ciel nocturne au parc national Jasper au-dessus d'un lac et de montagnes
Parc national Jasper.   Photo : Luuk Wijk

Lieu

Admirez le ciel étoilé de Jasper L’astrotourisme est en plein essor, et le Canada est une destination de choix : Parcs Canada protège plus de ciels étoilésque tout autre organismeaumonde. Avec ses 11 000km2, le parc national Jasper est en superficie la deuxième des 12 réserves de ciel étoilé de Parcs Canada (après le parc national Wood Buffalo, qui chevauche l’Alberta etles Territoires du Nord-Ouest). Il est aussi le plus accessible : Jasper, ville de près de 5000 habitants avec hôtels, pentede ski et planétarium, se trouvedans la réserve. Téléchargez une appli d’astronomie amateur, comme SkyView, puis rendez-vous à un endroitfacile d’accèscomme le lac Patricia (à 10 minutes de route de la ville) pour y admirer la Voie lactée sur votre couverture de plage. Avis aux astrophiles: Jasper est une excellente alternative pour ceux qui, ce mois-ci, ne peuvent aller admirer l’éclipse solaire totale dans la vallée de l’Elqui, au Chili.

Elizabeth « Elsie » MacGill, la première femme  à concevoir des avions
Elizabeth « Elsie » MacGill.   Photo : Musée de l’aviation et de l’espace du Canada

Histoire

Voici la première femme à concevoir des avions Elizabeth « Elsie » MacGill, première Canadienne diplômée en génie électrique et première femme au monde à concevoir des avions, a supervisé la production de 1400 chasseurs Hawker Hurricane pendant la Seconde Guerre mondiale à titre d’ingénieure aéronautique en chef pour la Canadian Car & Foundry, ce qui lui a valu le surnom de « reine des Hurricane ». Elle continue à laisser sa marque : plus tôt cette année, elle figurait sur un timbre-poste, dans la série spéciale Exploits de l’aviation canadienne de Postes Canada. Admirez un Hawker Hurricane XII au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, à Ottawa.

 Des chercheurs de la NASA prennent des photos sur l’île Devon, au Nunavut
L’île Devon, au Nunavut.   Photo : The Mars Society

Science

Visitez Mars (sans quitter le Canada) L’île Devon, au Nunavut, est la plus grande île inhabitée au monde. Ses paysages et son climat inhospitaliers en font l’endroit qui se rapproche le plus de Mars sur Terre, ce qui explique que la Nasa y envoie des chercheurs depuis 20 ans. Même si vous n’êtes pas membre du programme spatial, vous pouvez l’explorer en tout temps : Google Street View ayant récemment cartographié l’endroit, ce paysage canadien et simili-martien est à la portée de vos écrans.

«  Wildness », le premier livre de cuisine du chef Jeremy Charles
« Wildness: An Ode to Newfoundland and Labrador », Jeremy Charles.   Photo : Phaidon, photo de John Cullen

Livre

L’hommage d’un chef à Terre-Neuve-et-Labrador Le premier livre de cuisine du chef Jeremy Charles (60 $, Phaidon)est un hommage à son coin de pays. L’homme derrière le célèbre Raymonds de St. John’s, sacré Meilleur nouveau resto canadien en 2011, dévoile 160 recettes et beaucoup d’histoires, remontant jusqu’à la cuisine de sa mamie, où il a découvert sa vocation. Les photos de John Cullen donnent vie tant aux paysages accidentés de Terre-Neuve qu’aux plats du chef, notamment à sa mousse de foie de morue noircie, à sa bresaola d’orignal et à un des plats emblématiques de la province, le brouet de poisson. « Ce plat résume la culture terre-neuvienne et le régime de notre survivance : gras de dos de porc, pommes de terre, oignons et pain dur, explique Jeremy Charles. C’est simple, rustique et sans prétention, et tout le monde devrait y goûter. »

 

Découvrez une nouvelle merveille canadienne cet été.

ARTICLES RÉCENTS

No Articles Found