Treana Peake d’Obakki nous guide à Vancouver

Partagez

Entre resto nippo‑italien couru et boutique de plantes charmantes dans Chinatown, voici les bonnes adresses de la créatrice de mode albertaine à Vancouver.

Treana Peake, créatrice de mode née en Alberta, est passée maître dans l’art de créer et de sélectionner des cadeaux éthiques. Elle a fait sa place au milieu des années 2000 grâce à Obakki, griffe durable de luxe ayant séduit de grands noms (dont Kate Hudson). En 2020, afin de réorienter sa marque, elle est passée des vêtements aux objets de maison, surtout pour mettre en lumière le travail d’artisans (entre potiers d’Oaxaca et ferblantiers kényans) rencontrés lors de ses voyages pour la Fondation Obakki, lancée quelques années après sa griffe. « Nous sommes au carrefour du design et de la philanthropie », dit‑elle pour illustrer le nouveau mandat d’Obakki, qui englobe désormais 65 artisans de 11 pays, y compris une nouvelle collaboration avec une autre marque canadienne de design responsable, Goodee, et la céramiste australienne Bianca Pintan. Lorsque la designer n’est pas sur la route, elle vit à Vancouver, qui abrite l’entreprise et la fondation. « J’aime que les gens d’ici prônent une pensée toujours critique. Ils nous gardent, ma compagnie et les autres, en revue. »  

29 mars 2022
Un repas composé d'huîtres, de poisson frit et d'autres plats disposés sur une table au restaurant Kissa Tanto, avec une cabine en cuir rouge à l'arrière.
   Photo: Ian Lanterman

Kissa Tanto

Les bureaux et la salle d’exposition d’Obakki sont juste à côté de ce resto fusion chaleureux, dans Chinatown. Nous y allons souvent après le travail pour boire des cocktails et souper. On sert une remarquable cuisine nippo‑italienne (j’aime l’éclat du crudo de poisson et mon cocktail favori est le Dark End of the Street, avec whisky, Cynar et vin de prune). J’apprécie aussi le design de l’endroit inspiré de l’Hotel Okura de Tokyo.

À lire: 6 mesures d’adaptation dans la restauration à conserver en permanence  

Un point de vue client à l'intérieur du magasin de disques Red Cat Records, avec des disques qui tapissent les murs rouges ainsi que des étagères au milieu.
   Photo: Lydia Hentschel

Red Cat Records 

Je visite toujours ce disquaire indépendant (un des meilleurs en ville) situé près du quartier vivant et éclectique de Mount Pleasant; j’y trouve toujours de nouveaux vinyles. C’est un vrai commerce de quartier : chaleureux et invitant. J’aime le mélange de classiques et de nouveautés; j’y ai récemment trouvé un vieil album d’Andrew Bird que je convoitais depuis longtemps.

   Photo: @bamboovillageco sur Instagram

Bamboo Village

Pour les articles de maison, cette boutique familiale hyper encombrée de la rue Pender, dans Chinatown, ne me déçoit jamais. En plus des objets et meubles, on y trouve les plus belles plantes aux meilleurs prix (et le personnel sait de quoi il parle, ayant des infos sur chacune des plantes).

La devanture de La Marché St. George, un café à Vancouver.
   Photo: @lemarchestge sur Instagram

Le Marché St. George

Cette adresse sans chichi du quartier familial de Riley Park est à la fois café, magasin général et espace communautaire. J’y vais souvent pour le café phénoménal, mais aussi pour y dénicher une poterie de Janaki Larsen, une de mes artisanes locales favorites (et copropriétaire du Marché St. George), souvent à l’œuvre à l’extérieur.

À lire: La meilleure barista du pays, et l’influence des voyages sur notre façon de boire le café  

Buissons de fleurs rouges et roses à côté d'un étang à l'Arthur Erickson House and Garden à Vancouver.
   Photo: Liz Watts

Arthur Erickson House and Garden

Le légendaire architecte canadien Arthur Erickson habitait Vancouver et plusieurs de ses projets phares se trouvent dans la ville. Son sanctuaire personnel, où il a vécu plus de 50 ans, est à Point Grey. Bien que la maison ne soit pas accessible au public, vous pouvez visiter ses jardins. L’endroit, vaste et isolé, compte des arbres matures et deux miroirs d’eau.