Le rituel du patineur de vitesse olympique Gilmore Junio

Partagez

Mentorer des enfants, assurer l’accès de communautés marginalisées à des aliments frais: M. Junio et quatre autres athlètes d’Équipe Canada racontent aussi comment ils comptent redonner à la société cette année.

La flamme olympique brille, le ciel est parfaitement dégagé (littéralement, grâce au Bureau des modifications météorologiques de Beijing) et les athlètes des quatre coins du monde arrivent pour participer aux Jeux olympiques d’hiver de 2022. Alors que des millions de Canadiens s’apprêtent à se river à leurs écrans en se rongeant les ongles durant quelques semaines pour nos champions nationaux qui livreront bataille afin de remporter des médailles, nous avons rencontré le patineur de vitesse Gilmore Junio, qui nous a séduits à Sotchi quand il a cédé sa place à son coéquipier Denny Morrison dans l’épreuve du 1000 m hommes. (M. Morrison avait chuté dans une épreuve de qualification, mais a finalement remporté la médaille d’argent, grâce à l’esprit sportif de M. Junio.) Celui‑ci raconte pourquoi il aime représenter le Canada, comment il arrive à contrôler sa nervosité avant une épreuve et où il préfère s’entraîner. Et, parce que les Jeux olympiques symbolisent le partage et la générosité, lui et quatre coéquipiers d’Équipe Canada (Marie‑Philip Poulin, Mikaël Kingsbury, Cynthia Appiah et Cassie Sharpe) nous inspirent par la passion avec laquelle ils soutiennent leurs organismes de bienfaisance préférés.

enRoute Quel est votre premier souvenir de voyage?

Gilmore Junio Mon premier voyage en famille aux Philippines. J’avais six ans, c’était ma première fois en avion; je me rappelle qu’on m’a appris comment me déboucher les oreilles en soufflant, alors qu’on gagnait de l’altitude. J’ai grandi à Calgary, alors quand je suis arrivé à Manille, je suis sorti de l’aéroport et j’ai été tellement assailli par la chaleur et l’humidité que je me suis évanoui!

À lire: L’engouement d’un reporter olympique pour les 7‑Eleven du Japon nous donne envie de nos friandises de dépanneur préférées 

eR Quel est votre endroit de prédilection dans le monde pour l’entraînement? 

GJ La Norvège. En fait, j’y ai vécu un an et je suis tombé amoureux du pays. Les paysages sont beaux, et les gens incroyablement gentils (à l’instar des Canadiens sur plusieurs aspects). Cependant, soyez averti, il faudra sortir vos bidous si vous voulez boire une bière.

eR Quelle langue étrangère aimeriez‑vous apprendre? 

GJ Le tagalog, la langue nationale des Philippines. Hélas, je ne l’ai pas appris de mes parents, et à bien y penser, je regrette de ne pas y avoir mis plus d’efforts. En vieillissant, j’apprécie en découvrir davantage sur mon héritage culturel et mon pays d’origine; apprendre à parler le tagalog fait partie de ce processus.

À lire: Hayley Wickenheiser sur son nouveau rôle

eR Quel est votre rituel avant une épreuve?  

GJ Depuis 12 ans, le jour d’une course, alors que je me rends de l’hôtel à la patinoire, j’écoute l’album From Under the Cork Tree de Fall Out Boy. Qu’il s’agisse d’un trajet de 10 ou de 60 minutes, je l’écoute toujours à partir de la deuxième chanson, puis je laisse l’album jouer jusqu’à l’arrivée.

eR Qui est votre athlète préféré de tous les temps?

GJ Jarome Iginla. Enfant à Calgary, je voyais Iggy comme le roi du hockey; il pouvait compter des buts, faire des passes, plaquer, se battre. Tout ce qu’il fallait pour son équipe, Iggy pouvait le faire. Qu’elle perde ou gagne, il a toujours tout donné pour ses coéquipiers comme pour la communauté, et c’est admirable, selon moi. En plus, le fait de voir représenté un joueur de hockey noir qui avait l’air différent, tout comme moi, c’était un truc énorme. Il m’a aidé à croire que je pouvais réaliser de grandes choses.

eR Qu’est‑ce qui fait la beauté du Canada, selon vous? 

GJ Facile! Les gens. D’un bout à l’autre du pays, vous croisez des gens qui défendent l’importance et la richesse de la communauté, qui aident leur voisinage et des étrangers. Nous sommes un peuple humble, nous sommes gentils, nous sommes inclusifs et terre à terre, et c’est pourquoi je me considère comme si privilégié de représenter le Canada depuis 12 ans.

À lire: Penny Oleksiak sur Shark Week, sa routine voyage et l’avant‑Tokyo 

Premier février 2022
Équipe Canada Jeux olympiques 2022
   Photo: La Presse Canadienne et Getty Images

5 des meilleurs athlètes d’Équipe Canada sur leur façon de redonner    

enRoute Air Canada fait un don de 2500 $ en votre nom à un organisme de bienfaisance de votre choix. Quel organisme avez‑vous choisi, et pourquoi?

Cynthia Appiah (bobsleigh) Afri‑Can FoodBasket. Je sais d’expérience à quel point il peut être difficile d’avoir accès à des aliments frais Mme Appiah, fille d’immigrants ghanéens, a grandi dans un HLM du Toronto Community Housing). Offrir mon soutien à cet organisme aide les communautés marginalisées. La pandémie a été très difficile pour de nombreuses personnes, alors j’espère que ce petit geste soutiendra ma communauté. 

Marie‑Philip Poulin (hockey sur glace) Moisson Beauce. C’est un organisme qui recueille et redistribue des surplus de nourriture et de produits d’hygiène personnelle à des gens dans le besoin de ma région de Chaudière‑Appalaches, au Québec.

Cassie Sharpe (snowboard halfpipe) Whistler Animals Galore (WAG), un organisme qui veille à ce que les animaux et les proprios soient parfaitement assortis, joue un rôle primordial dans le sauvetage et l’adoption de chiens et de chats dans la région Sea‑to‑Sky. 

Mikaël Kingsbury (bosses) Le Club des petits déjeuners. Le déjeuner est le repas le plus important de la journée, et c’est difficile d’imaginer que des milliers d’enfants au pays n’ont pas la chance de manger à la maison le matin. C’est une cause qui me tient vraiment à cœur. Les dons aident plus d’enfants à commencer leur journée d’école le ventre plein, avec l’énergie nécessaire pour apprendre et jouer. 

Gilmore Junio (patinage de vitesse) Classroom Champions. Je fais du bénévolat pour cet organisme depuis trois ans maintenant, et c’est un programme incroyable. Des athlètes font du mentorat auprès de jeunes sur divers sujets comme l’esprit d’équipe, les objectifs à se fixer, la persévérance. Voir leur visage quand des athlètes arrivent sur leur écran pour un entretien en direct est vraiment satisfaisant. J’espère faire partie de cette belle organisation encore longtemps.

équipe canadienne de ski olympique
   Photo: Vytautas Dranginis, unsplash