Voici peut‑être la tarte la plus emblématique du Canada

Partagez

La tarte aux amélanches possède une histoire riche, son propre timbre‑poste et (bien sûr) un goût délicieux.

Elle répond à tous les critères pour être une grande pâtisserie canadienne. Qui plus est, cette tarte est faite avec un fruit qui porte en anglais le nom d’une ville canadienne (Saskatoon berries). Mais le caractère canadien de ce plat va plus loin : la baie résiste bien au froid, son goût est délicieux sans être trop prononcé ou sucré et, bien que moins connue que le bleuet, elle offre encore plus de bienfaits pour la santé. Ne lui manque plus qu’une tuque.

Une baie au cœur de rose

L’amélanchier est une rosacée, et les amélanches sont des piridions, comme les pommes et les poires. Elles ressemblent aux bleuets, mais sont plus fermes ; leur saveur de terre et de noix en fait une garniture idéale pour une tarte pas trop sucrée.

La tarte aux amélanches possède son propre timbre

En 2019, la tarte aux amélanches a joint les rangs des desserts emblématiques du Canada (avec notamment la barre Nanaimo et la tarte au sucre) en illustrant un timbre de Postes Canada. Les Saskatchewanais en étaient bien sûr ravis : « C’est le plus saskatchewanais des fruits, a dit un auditeur lors d’un appel à CBC Radio. L’amélanche n’est ni célèbre ni recherchée. Son goût est doux et modeste, mais elle est résistante. »

14 juillet 2021
Un seau de baies de Saskatoon vu d'en haut, rempli de baies violettes.
   Photo : Magalie L'Abbé

La petite histoire de l’amélanche

Les amélanches sont depuis longtemps un aliment de base des Autochtones des Prairies. (La ville de Saskatoon tire son nom du mot cri désignant ce fruit, misâskwatômina.) Traditionnellement, on les écrasait une fois cuites à la vapeur ou on les séchait en prévision de l’hiver, pour agrémenter tisanes, banique et pemmican.

Au fil des ans, le fruit a été connu sous plusieurs noms, notamment la Saskatoon et la petite poire. En 2014, le magazine Time a fait état d’une « guerre de super aliment » entre le Canada et les États‑Unis à propos de son nom en anglais, les intérêts américains faisant pression pour que le terme « juneberry » soit largement adopté. Pour l’instant, nous sommes convaincus que « Saskatoon berry » est là pour rester, et le Saskatoon Berry Institute of North America, basé dans le Michigan, semble être d’accord.

À lire : Ces tempuras de feuille d’érable valent le déplacement

Cinq baies d'amélanchier sur fond pâle.
   Photo : ppl58/Getty Images/iStockphoto
Un buisson avec des baies d'amélanchier poussant dessus, dans des couleurs allant du vert clair au rouge vif au violet.
   Photo : ppl58/Getty Images/iStockphoto
    Photo : Shawn Urban

Les bienfaits de l’amélanche sur la santé

Outre leur goût exquis et leur riche héritage culturel, les amélanches sont également considérées comme un « super aliment », qui apporte beaucoup de bienfaits à l’organisme. Par rapport aux bleuets, les amélanches ont une teneur plus élevée en fibres, protéines, calcium, glucides et lipides.

Elles sont également deux fois plus riches en fer que les bleuets, tout en apportant autant de vitamine C, de riboflavine, de vitamine B‑6, de folate, de vitamine A et de vitamine E.

À lire : Le chef Jeff Kang sur la fermentation et la manie mondiale du levain

Où trouver l’amélanche

On trouve les meilleures tartes à la Berry Barn, à l’extérieur de Saskatoon, et à la Pearson’s Berry Farm, près de Red Deer, en Alberta.

Malgré ce qu’indique le nom anglophone, l’amélanche pousse de l’ouest de l’Ontario au Yukon. Les meilleures amélanches sont celles qu’on cueille soi‑même en juillet ou en août, ou qu’on achète fraîches à la ferme.