Ces expériences en ligne qui influencent nos voyages

Partagez

La recherche indique que le métavers accentue nos envies d’explorer le monde réel. 

À l’ère de l’information, nous sommes cyberflâneurs avant d’être touristes en chair et en os. Il est rare qu’on visite en personne un lieu sans accumuler les témoins sur Yelp ou TripAdvisor ou faire défiler les stories Instagram sur les vacances de quelqu’un. On peut même gravir la façade de Notre‑Dame ou nager dans l’antique cité engloutie de Pavlopetri sans prendre l’avion. Ces exploits virtuels influencent‑ils notre façon réelle de voyager ?

17 mars 2022

Le tourisme induit par les médias cherche à y répondre. Ce champ de recherche évalue l’impact du cinéma, des jeux vidéo, des médias sociaux et de la réalité virtuelle au moment de réserver un billet, d’enfiler sa combinaison isothermique ou de vivre des scènes cultes. Ainsi, peut‑on ne pas entendre intérieurement le thème musical de Rocky devant l’escalier du Philadelphia Museum of Art ? Non, répondront les dizaines de milliers de visiteurs qui s’y rendent chaque année.  

   Photo: Assassin’s Creed Unity

Largement démontré, le pouvoir d’attraction du ci‑néma a mené des chercheurs de l’Université Ryerson à tenter d’établir un lien entre voyage et jeux vidéo. L’équipe a analysé les commentaires d’internautes sur Assassin’s Creed II et Assassin’s Creed Unity d’Ubisoft, où les joueurs‑assassins sont transportés dans des décors hyperréalistes de la Florence du xve siècle, à l’époque de la Renaissance, ou du Paris de la Révolution française, au xviiie siècle. Les chercheurs ont découvert que les joueurs qui visitaient l’une ou l’autre ville dans la vie réelle associaient non seulement leurs voyages à leurs exploits virtuels, mais que le jeu en aidait certains à s’orienter dans la ville. « C’est fidèle à Assassin’s Creed, sauf que la façade du Duomo est maintenant en marbre, ce qui complique vraiment son ascension par l’extérieur », indique un visiteur de Florence.

À lire : Faire du voyage virtuel une réalité (avec Felix & Paul Studios)

« Beaucoup ont expliqué que comme amateur du jeu, il leur semble surréaliste de vivre l’expérience dans la vraie vie », précise Louis‑Étienne Dubois, coauteur de l’étude. Plus récemment, le Pr Dubois et ses collègues ont découvert qu’en situation d’immersion profonde, les jeux vidéo peuvent provoquer des réactions émotives intenses, d’après l’image qu’on se fait d’une destination. « Si le récit est troublant, l’image suscitera une impression négative durable », selon le Pr Dubois. Des scènes de films désagréables peuvent aussi avoir cet effet : 47 ans après la sortie des Dents de la mer, certains nageurs préfèrent encore patauger non loin de la côte.

Pendant ce temps, un nombre croissant d’études démontrent que les expériences de RV agréables augmentent l’envie de visiter un endroit ou poussent les gens à payer plus pour des produits du monde réel. Les inter‑actions virtuelles peuvent également enrichir l’expérience de voyage avant et après le séjour, qu’on décide de revoir un musée en ligne, loin de la foule déchaînée, ou qu’on se retrouve, muni d’un casque d’écoute, dans la savane face à un troupeau d’éléphants africains. 

Bref, même si les simulations virtuelles ne valent jamais les lieux réels, elles génèrent des réactions tangibles. Y compris les liens affectifs qu’on ressent quand on est quelque part en chair et en os.

À lire : Pourquoi certaines villes sont‑elles plus cool que d’autres?

Si c’était une ville  

Ajoutez ces destinations virtuelles populaires à votre liste. 

Photo: Second Life

New Babbage, Second Life 

Cette cité de l’ère victorienne est la plus vieille communauté steampunk du monde virtuel Second Life. Héros fantastiques, bretteurs, pilotes de vaisseaux, inventeurs fous ou enfants de la rue : dans leur vie parallèle, les gens prennent part à des Oiling Festivals, à des forums de fables et à des bals.

Photo: Decentraland

Genesis City, Decentraland 

Genesis City est la capitale de Decentraland, où une parcelle s’est récemment vendue 2,43 millions de dollars. On peut aller dans le quartier des arts Voltaire pour miser des NFT lors d’encans d’œuvres, jouer ses MANA (une cryptomonnaie) au casino ou parcourir le parc thématique FantasticLand. 

Photo: Roblox

Roblox

Roblox est une plateforme de jeux en ligne de concepteurs indépendants. L’an dernier, ses utilisateurs ont mis 11,2 milliards d’heures à vêtir leurs avatars de tenues virtuelles de Ralph Lauren, à engloutir des pseudoburritos de Chipotle et même à voyager à bord d’avions irréels.

À lire : Red Dead Redemption 2 vu par un photographe de rue