Les Meilleurs nouveaux restos canadiens 2021 - Consultez notre palmarès - Présenté par OpenTable .

Voyager vous donne‑t‑il faim? Oui, selon la science.

Partagez

En avion, vous pourriez manger un peu plus que d’habitude.

Ceux d’entre nous qui goûtent les voyages tendent aussi à raffoler de la récolte culinaire que toute escapade promet. Or même si les délices attendus à destination nous allèchent, nous faisons d’habitude de la place à quelques repas pendant le trajet. Et pas juste parce que les glucides ne comptent pas quand on est au‑dessus des nuages.

 À lire: Mémoire et voyage: nos distractions avant de prendre l’avion

24 novembre 2021

L’avion détraque provisoirement notre rapport à la nourriture. Nulle raison ne l’explique seule, mais la rareté, l’incertitude et l’insomnie peuvent nous amener à avoir les yeux plus gros que la panse. « Voyez le fait de ne pas manger tout ce qu’on vous présente en avion comme si c’était l’ultime chance d’avoir accès à de la bouffe », a gazouillé la rédactrice du New Yorker Jia Tolentino, peut‑être après un repas à bord. L’impression que les vivres sont rares en vol pourrait en partie expliquer que la plupart des passagers avalent tout ce qu’on leur sert, appétit ou pas.

« Il y a des raisons de penser qu’en situation d’incertitude on aura tendance à manger plus que d’ordinaire ou sans avoir faim », affirme la Pre Michelle Lee, qui dirige un groupe de recherche sur la nutrition, l’appétit et la cognition à l’université de Swansea. Si la théorie n’a pas encore été testée dans un scénario avec groupe témoin, une étude de 2013 de chercheurs de l’université de Miami souligne que si on leur fait croire qu’ils sont rationnés, les gens tendent à faire un trop‑plein de calories.

À lire: Saviez‑vous qu’il y a assez de bouffe sur votre vol Air Canada pour remplir les tablettes d’une épicerie ?

L’incertitude quant à la provenance du prochain repas n’est pas seule en jeu. Un nombre croissant de recherches montre que plus les convives sont nombreux, plus ils mangent. « Les humains, précise la Pre Lee, sont très sujets aux effets de la facilitation sociale », phénomène qui fait qu’on est plus enclin à adopter un comportement en présence d’autrui que seul. « Ces effets jouent fortement quand on mange », soutient le Pr Dick Stevenson, qui étudie la psychologie de l’appétit à l’université Macquarie de Sydney, en Australie.

Et on ne peut négliger l’attrait des excès de table. Beaucoup d’entre nous mangent plus dans un buffet qu’à la carte. « Le menu à bord, le chariot de service et votre voisin en train de manger disent tous à votre cerveau : “Il y a de la nourriture ici”, et ce message peut être difficile à ignorer », résume la Dre Christine Tenk, professeure agrégée de psychologie au Brescia University College de London, en Ontario.

À lire: 8 tendances gastronomiques de 2021 (et 5 qui nous allèchent pour 2022)

Si des signaux externes nous poussent vers le buffet, le manque de sommeil et la perturbation du cycle circadien parasitent les signaux internes. « Un cerveau privé de sommeil a plus faim parce qu’il ignore combien de temps il va être privé de sommeil », dit le Dr Satchidananda Panda, qui étudie la régulation circadienne au Salk Institute for Biological Studies de San Diego. La perte de sommeil active aussi les régions du cerveau qui réagissent aux stimulus alimentaires et peut provoquer des variations hormonales poussant à trop manger.

Chez certains vacanciers, l’excitation d’un voyage suffit à ouvrir l’appétit ; bref, l’idée d’être bientôt à destination est suffisante. « La plupart d’entre nous lèvent leurs inhibitions en vacances et mangent plus, et ça peut débuter dès l’envol vers le paradis », conclut la Dre Tenk.

À lire: Le décalage horaire est‑il pire pour les équipes de l’Est ?

Hormones de la faim

Les variations des taux de ces deux hormones peuvent détraquer l’appétit, tant en vol qu’au sol.

  • La ghréline, hormone de l’appétit.

    La ghréline, produite principalement par des cellules de l’estomac, stimule l’appétit. Même si elle est le sujet de nombreuses recherches, on en ignore encore beaucoup à son propos. Des études montrent que son taux augmente avec le manque de sommeil ou en réponse au stress.

  • La leptine, hormone de la satiété.

    La leptine est un coupe‑faim à l’action réciproque de la ghréline. Alors que, quand on mange, le taux de ghréline diminue, la production de leptine par les cellules adipeuses démarre afin de dire au cerveau qu’on est plein. Les recherches montrent que la privation de sommeil et l’exercice diminuent le taux de leptine, qui pourrait influer sur le bref état 
d’euphorie qu’on appelle « ivresse du coureur ».