8 tendances gastronomiques de 2021 (et 5 qui nous allèchent pour 2022)

Présentés par
Open Table
Commanditaire d'or
Destination Canada
Commanditaire numérique
Partagez

Nous avons demandé aux plus grands experts culinaires du pays (qui font aussi partie de nos conseillers sur les Meilleurs nouveaux restos canadiens) les tendances qu’ils ont préférées cette année, et ce à quoi ils ont le plus hâte dans l’année qui vient.

Pour célébrer les 20 ans (youppi!) de notre palmarès annuel des Meilleurs nouveaux restos canadiens, nous avons approché certains des chefs, journalistes culinaires et autres professionnels de l’industrie qui font partie de notre groupe d’experts afin qu’ils nous parlent des tendances gastronomiques qu’ils ont préférées cette année et nous disent ce qui les emballe le plus pour 2022. 

30 Septembre 2021
bouteilles de vin
   Photo: Manki Kim

Les 8 meilleures tendances gastronomiques de 2021 

Les boutiques de vins et spiritueux attenantes aux restos, et les cocktails à emporter
«Être capable de se procurer des bouteilles peu communes de vin ou de saké qu’on ne trouve pas chez les cavistes habituels, ainsi que des bouteilles ou canettes de cocktail de certains des meilleurs barmans en ville, a adouci les longs mois d’hiver du confinement.» – Nancy Matsumoto, journaliste et rédactrice qui couvre la gastronomie et l’agroécologie 

À lire: Découvrez les brasseurs de saké japonais qui s’inspirent des vignerons français 

agriculture urbaine
   Photo: Joshua Lanzarini

Faire pousser sa nourriture
«Les Canadiens ont découvert leur pouce vert qui sommeillait; conséquence du télétravail, nous avons plus de temps pour fréquenter les pépinières locales, pour bâtir des serres et pour cultiver des potagers et des vergers qui font que rester chez soi est plus plaisant et plus délicieux.» – Cornel Ceapa, titulaire d’un doctorat en écologie de l’esturgeon, dont la mission est de produire de façon durable des esturgeons de pêche locale et du caviar 

Les drinks faits maison
«Ma femme s’est lancée dans la fabrication de limoncello pendant la pandémie. C’est une œuvre de patience, puisque ça demande beaucoup de travail fastidieux et une macération d’un mois. Tous ceux à qui nous l’avons proposé disent qu’ils n’en ont jamais goûté de meilleur hors de l’Italie. Nous en avons bu suffisamment pour que ça vaille la peine de planter un citronnier.» – Roger Mooking, chef vedette, restaurateur et animateur de l’émission de télé Man Fire Food sur Food Network 

pain au levain
   Photo: Vicky Ng

Le pain au levain
«Même si j’avais réussi à éliminer le pain de mon alimentation pendant plusieurs années, la multiplication de délicieux pains au levain maison m’a fait changer d’idée. Une miche de pain au levain, en tranches minces légèrement grillées, garnies de mayonnaise, d’épaisses tranches de tomates frais cueillies et de grosses feuilles de basilic du jardin, c’est tout simple, mais les saveurs s’y marient de façon incroyable.» – Suzanne Crocker, réalisatrice primée du film First We Eat 

Les restos éphémères
«Aux premiers jours de la pandémie, nous avons vu des cuisiniers à domicile nouvellement au chômage ou cherchant à meubler leurs week‑ends lors des longs mois de confinement qui lançaient des restos éphémères périodiques et des boutiques culinaires offrant de commander sur Instagram. Plus récemment, toutefois, nous avons commencé à voir plusieurs de ces entreprises de fortune se transformer en établissements physiques en bonne et due forme.» – Valerie Silva, journaliste et rédactrice qui est présentement à la tête d’Eater Montreal 

Le militantisme social
  «Il y a eu une évolution profonde de l’industrie dans les domaines de la diversité, de la santé mentale, de la conciliation travail‑vie personnelle, de l’insécurité alimentaire et de la création d’une culture positive en milieu de travail, et cette évolution doit se poursuivre et elle se poursuivra. Je crois que les restaurateurs vont également continuer de faire preuve de créativité et développeront de nouvelles sources de revenus en diversifiant leur entreprise, et en mettant l’accent sur une approche communautaire et sur des initiatives caritatives.» – Laura Osborne, créatrice de contenus pour des publications et des agences de création telles qu’Air Canada enRoute et Sid Lee 

À lire: On rouvre: relancer l’industrie de la restauration 

Les repas maison à plusieurs services
«Je crois que les repas maison à plusieurs services, faits de plats préparés ou qui demandent une cuisson minimale, sont là pour de bon, particulièrement dans le temps des fêtes. Souvent ces repas à plusieurs services peuvent être livrés à domicile, avec accords mets‑vins offerts. Une autre tendance qui est là pour rester, c’est les canettes de vin et de cocktails préparés d’avance.» – Shelora Sheldan, journaliste, chroniqueuse et juge culinaire pour les Restaurant Awards du Vancouver Magazine

emporter
   Photo: Pexels Mikhail Nilov

Les menus à emporter modernisés
«Les menus à emporter qui donnent l’impression d’être nés d’une vraie réflexion, et pas juste proposés pour raisons de commodité. Ça peut être des menus de restos traditionnels, de boîtes éphémères ou de bars rétros, dont le souci du détail fait qu’on se sent vraiment accueilli, même si c’est à distance.» – Tara O’Brady, journaliste culinaire et autrice du livre de cuisine primé Seven Spoons 

5 tendances gastronomiques à venir l’an prochain

Nos experts gastronomiques nous donnent un aperçu des plus grosses tendances qui s’annoncent pour 2022. 

l'alimentation de rue
   Photo: Jirayu Koontholjinda

La cuisine de rue internationale
«Parmi tout le poulet frit, les pizzas vendues à la pointe et les sandwichs gastronomiques si faciles à commander pour emporter, on voit une progression des mets de cuisines de rue du monde entier. Je m’attends à ce que ça continue de se développer.» – Valerie Silva, journaliste et rédactrice qui est présentement à la tête d’Eater Montreal 

tarif végétal
   Photo: Ella Olsson

La cuisine botanique
«Plus de plats végétaux et centrés sur les légumes et un intérêt renouvelé pour le développement durable et un approvisionnement alimentaire soucieux de l’environnement.» – David Hawksworth, partenaire culinaire d’Air Canada et propriétaire exploitant des restos de Vancouver Hawksworth, Nightingale et Bel Café

  À lire: Quels sont les meilleurs restos végétaliens de Montréal? 

De nouveaux (et d’anciens) cultivars
«Avec la hausse de production de fruits et légumes chez les particuliers, nous pourrions voir croître l’intérêt pour des cultivars disparus ou méconnus: de nouvelles et d’anciennes variétés de pommes, de légumes‑racines, etc. Les nouveaux laits végétaux, l’agriculture urbaine et les potagers à domicile vont également faire beaucoup parler d’eux l’an prochain.» – Eric Pateman, consultant culinaire international, chef, entrepreneur et fondateur d’ESP Culinary Consulting

Les robots
«La robotisation des activités dans les bars, les restos et l’industrie de l’accueil dans son ensemble, à cause du manque d’employés, mais aussi pour standardiser et optimiser ces activités.» – Catherine Lefebvre, nutritionniste et coanimatrice du balado On s’appelle et on déjeune de Radio‑Canada Ohdio

L’authenticité culturelle
«À mesure que la démographie du Canada continue d’évoluer vers une plus grande diversité, je crois qu’on va continuer à voir se normaliser les entreprises culinaires encore plus authentiques d’un point de vue culturel.» – Roger Mooking, chef vedette, restaurateur et animateur de l’émission de télé Man Fire Food sur Food Network 

À lire: Le chef Marcus Samuelsson sur le manque de diversité sur la scène culinaire 

Présentés par
Open Table
Commanditaire d'or
Destination Canada
Commanditaire numérique