3 coins moins connus au Mexique pour une escapade hivernale

Partagez

Si vous recherchez une escapade loin des foules, le Mexique a encore beaucoup à offrir.

Isla Holbox

Le Punta Caliza
Chaque chambre du joyau architectural qu’est le Punta Caliza donne sur la piscine.

Holbox est un petit village de pêche sur une île homonyme, étroite mais longue de 42 km, au large de la côte nord du Yucatán. Comme Tulum, il n’est qu’à deux heures de route du bourdonnant centre touristique qu’est Cancún. Sauf que, contrairement à Tulum, il n’a pas encore été assailli par les branchés. Il n’y a pas de rues asphaltées. Pas de gros hôtels. Pas de lancinante musique disco. Ce qui est pile l’objectif. On va à Holbox, « trou noir » en maya yucatèque, pour s’évader de tout ça.

Ici, le contour des jours épouse la course du soleil. On passe la matinée à siroter un café con leche sur la pittoresque place principale, et l’après‑midi à lézarder sur la plage de sable blanc et fin. L’eau, peu profonde et calme, s’étire vers l’horizon telle une limpide piscine à débordement. Empruntez une planche à pagaie et cabotez près des rives prolongées de barres de sable, ou louez un bateau pour admirer les requins‑baleines qui migrent au large lors du printemps et de l’été. Mais assurez‑vous de rentrer à quai pour admirer le coucher de soleil, seule activité pour laquelle quiconque se presse ici.

7 janvier 2022
un pêcheur dans les eaux
Un pêcheur dans les eaux chaudes et peu profondes.
portes turquoise
Des portes turquoise ouvrent sur la Playa Holbox à l’hôtel Aldea Kuká.

À faire

De la bicyclette
Le vélo est le meilleur moyen d’explorer l’île. Si la plupart des hôtels en offrent sans frais, on peut aussi en louer à la journée à Bikes Holbox, qui propose également une carte pratique des nombreuses superbes réserves naturelles de l’île. Si vous pédalez sans guide, roulez jusqu’à la Playa Punta Cocos, paisible et protégée, à l’ouest de la ville, ou filez à la Punta Mosquito, pointe nord de l’île, pour voir les flamants roses se nourrir sur les barres de sable.
bikesholbox.com

Où loger

Casa Las Tortugas
À quelques rues de la ville, la Casa Las Tortugas, petit hôtel de plage bohème chic de 24 chambres, dispose d’une grande piscine, d’un spacieux studio de yoga et de méditation et d’un spa d’inspiration maya avec guérisseurs traditionnels. Il y règne une ambiance balnéaire de luxe, avec sculptures en bois flotté, linge de maison artisanal et beaucoup de hamacs et de lits de repos à pompons disséminés sur une plage privée.
holboxcasalastortugas.com

Hotel Casa Las Tortugas
Une riche végétation tropicale entoure la piscine de la Casa Las Tortugas.

Où manger

Ser Esencia et Luuma
Pour goûter à la cuisine du Yucatán moderne et joliment présentée du chef Roberto Solís, attablez‑vous au Ser Esencia du Ser Casasandra, ouvert du matin au soir (c’est l’un des restos les plus romantiques de l’île pour un souper tiré directement de la mer), puis rendez‑vous au Luuma, oasis bohème de verdure, pour siroter un cocktail au mezcal sous les étoiles.
casasandra.com

Ceviche
Ceviche au Mandarina, le resto de plage de la Casa Las Tortugas.

À ne pas manquer

Surf cerf‑volant
Si ce sport acrobatique vous intrigue, Holbox a des conditions idéales pour un débutant : eau chaude peu profonde, pas d’obstacles sur les longues et larges plages, beaucoup de journées venteuses. Les experts s’amuseront ferme à fouetter la vague et à se faire soulever, surtout quand souffle fort le vent du nord. La Holbox Kiteboarding School a des moniteurs géniaux, qui sauront peut‑être vous donner envie de tâter de deux sports nautiques à la mode, le wakefoil et le windfoil, planches soulevées hors de l’eau sur une aile portante, d’où une impression de surfer dans les airs.
holboxkiteboarding.com

kitesurfing
Un adepte du surf cerf‑volant vu de haut, dans l'eau chaude et peu profonde de Holbox.

Kayak de nuit
Dès qu’on s’éloigne du petit centre‑ville de Holbox, les cieux se révèlent : Voie lactée laiteuse, étoiles filantes à couper le souffle, constellations qui valent le détour. La vraie magie opère dans la mer : les poissons filent telles des torpilles lumineuses, des bijoux scintillants tombent goutte à goutte des pagaies, la main plongée dans l’océan trace des sillons lumineux. La sortie en kayak qu’organise l’écoentreprise V.I.P. Holbox Experience mène à un banc de sable où l’on peut débarquer et se tenir debout au beau milieu de l’océan, ou presque, cerné par l’éclat de la nature.
vipholbox.com

À lire : Comment découvrir la magie du Mexique

Aéroplan
YVR > CUN
Places en classe économique Privilège à partir de 11 700 points
Vérifiez les restrictions gouvernementales sur les voyages avant de réserver.

San Cristóbal

Plantée sur une verdoyante chaîne de montagnes, San Cristóbal de las Casas est un bijou, avec ses maisons aux tons pastel de bleu, de jaune et de pêche. Au contraire de San Miguel de Allende, ville néoclassique qui, bien que charmante, peut avoir des airs de Mexique pour touristes, on va à San Cristóbal pour découvrir le Mexique authentique. Fondée en 1528 sous le nom de Villa Real de Chiapa, la capitale culturelle du Chiapas est un bon point de départ pour certains des sites mayas les plus fascinants du pays. Les Mayas sont toujours là ; le Chiapas a la plus forte concentration d’indigènes au pays (plus de un million), et les villages autour de San Cristóbal sont des municipalités autonomes, chacune avec son gouvernement, son économie et sa langue. Cette indépendance a été durement gagnée lors du soulèvement zapatiste des années 1990, qui visait à reprendre le contrôle des ressources et des terres. Les zapatistes ont réussi à faire progresser les droits des indigènes au pays, et à présent la vie rurale traditionnelle ajoute une envergure et une magie supplémentaires à cette belle ville.

Tissus du Mexique
Les artisans indigènes comme cette Tzotzil tissent des textiles colorés.
Église San Juan Chamula
La vie du village de San Juan Chamula se concentre autour de l'église, qui métisse croyances mayas et catholiques.

À voir

San Juan Chamula
Grimpez vers les villages tzotzils et tzeltals autour de San Cristóbal. Si vous devez n’en voir qu’un, optez pour San Juan Chamula (à 20 minutes de taxi, environ), où une pittoresque église blanc et turquoise métisse croyances mayas et catholiques. Il n’y a pas de bancs, les cierges brûlent directement sur le sol et les statues de saints sont ornées de miroirs pour éloigner le diable. Hantez l’un des marchés en plein air, qui débordent de tissus traditionnels et de fruits et légumes des champs avoisinants, mais évitez de prendre des photos : les villageois n’aiment pas tellement qu’on leur tire le portrait.

Architecture de San Cristóbal
Dans tout le Mexique, on suspend des guirlandes colorées de papel picado pour les fêtes et célébrations nationales; à San Cristóbal, une fête de rue n'attend pas l'autre.

Où loger

Hotel Bo
De style danois moderne un brin artisanal, l’hôtel Bo contraste en beauté avec l’architecture coloniale de San Cristóbal. En son centre se trouve un luxuriant jardin aux arbres géants, aux miroirs d’eau et aux fleurs tropicales ; les chambres sont hyper confortables, avec lits douillets et jetés tissés dans la communauté. Le personnel est sympa et attentionné : si l’air des montagnes fraîchit quand vous mangez au resto animé de fine cuisine mexicaine de l’hôtel, le Lum (la Terre, en tzotzil), on vous couvrira d’un joli rebozo en laine.
hotelbo.mx

San Cristóbal
La construction de la cathédrale baroque de San Cristóbal de las Casas, sur la place principale de la ville, a débuté en 1528, mais n'a pu être achevée qu'en 1815, à cause de divers séismes.

À ne pas manquer

Palenque
L’antique site maya de Palenque émerge de la jungle à environ 200 km au nord‑est de San Cristóbal. Les temples sont couverts de complexes hiéroglyphes qui racontent l’histoire des souverains mayas de la cité. On y a découvert le masque mortuaire en jade de Pacal le Grand, qui était le souverain le plus puissant des Amériques, et, plus récemment, les bijoux et le masque en malachite de la Reine rouge. La faune est presque aussi éblouissante : soyez à l’affût des aras rouges, des toucans à carène… et écoutez les hurlements des alouates, qui donnent froid dans le dos.

À lire : Les bassins salins de Las Coloradas, au Mexique, vus du ciel

danseur du festival
Une danseuse lors d’une fête devant la cathédrale de San Cristóbal de las Casas.
barbiquejos lumineux
Les barbiquejos éclatants font de fameux souvenirs.

Où manger

San Cristóbal piéton et Tierra y Cielo
Dans cette ville piétonne, minuscules échoppes et stands à tacos bordent les rues sans voiture. Assurez‑vous d’avoir de l’appétit pour souper au Tierra y Cielo, dont l’audacieuse cuisine mêlant saveurs locales et modernes a valu à la cheffe Marta Zepeda la consécration au pays. 
Ne manquez pas le poulet au mole coleto, spécialité du Chiapas à base de trois piments différents et de cacao local, servi avec purée de plantain et cendres de piment.
tierraycielo.com.mx

Posheria
Passez ensuite dans ce petit bar voué au pox (prononcer « poche »), drink local à base de maïs. Comme le pulque, le pox a tout pour séduire les hipsters. Distillé à partir de vesou, de blé et de maïs, il a une douce saveur de fumée un peu sucrée. On dit que cette eau‑de‑vie traditionnelle maya, jadis prisée pour ses propriétés médicinales et magiques, révèle les liens entre les gens. Il est d’usage de trinquer en disant : Lak’ech’ (« Je suis toi »), ce à quoi on répond : Hala ken (« Tu es moi »).
posheria.mx

restaurant Posheria
La Posheria est un petit bar génial voué au pox, drink local à base de maïs que buvaient jadis les Mayas. La déco suspendue au plafond est une installation qui rend hommage au pox.

San Pancho

Il existe une petite ville de hippies ceinte d’une forêt tropicale sur la côte mexicaine du Pacifique, aux rues pavées, à la houle constante et à la plage immaculée. Ça vous dit quelque chose ? C’est ainsi qu’il y a 20 ans bien des gens décrivaient Sayulita, une petite ville de surf à 45 minutes au nord de Puerto Vallarta, sur le littoral du Nayarit. Aujourd’hui, la description sied à San Francisco (surnommée San Pancho par les gens du coin), un village tissé serré d’environ 1500 habitants à temps plein, à 10 minutes de Sayulita. L’ambiance y est détendue : grande plage de sable avec très peu d’hôtels (jusqu’ici), échoppes d’artisans et offre culinaire impressionnante pour un si petit village, entre bistros bios et tostadas de ceviche dans la rue. Il y a des spectacles de musique presque chaque soir, et plein de festivals. Les vagues au large de San Pancho sont violentes et rapides (prudence, baigneurs !), mais que cela ne vous dissuade pas de profiter de la plage, où on aime se rassembler autour du feu pour chanter en chœur.

À faire

Lo de Perla Jungle Garden
Prenez votre chapeau d’Indiana Jones (mais pas de machette) en visite guidée du Lo de Perla Jungle Garden, réserve sans but lucratif fondée il y a 12 ans par Alejandro de Perla. 
Les guides mènent les visiteurs dans la jungle luxuriante, à la faune et à la flore fascinantes : 25 espèces de mammifères (tatous et lynx compris), 120 d’oiseaux et 300 de papillons, 120 essences d’arbres fruitiers, champignons, orchidées de toutes les couleurs…
lodeperla.org

Fleur en fleur.
Une fleur spectaculaire au Lo de Perla Jungle Garden.
surf au mexique
Un surfeur contemple la houle du Pacifique.

Où loger

Hotel Cielo Rojo
La designer mexicano‑américaine Gisela Marin a ouvert en 2005 cet hôtel‑boutique de neuf chambres, dont le nom évoque les décoiffants couchers de soleil rouges de San Pancho. Mme Marin a fait du développement durable le cœur du Cielo Rojo. On vaporise de lavande les draps en coton bio au coucher ; un collectif de femmes de San Miguel de Allende fait le savon à la citronnelle ; et le resto piscivégétarien bio de l’hôtel, le Bistro Orgánico, sert une cuisine santé de proximité. Il y a aussi une maison privée de deux chambres, avec piscine ouverte à tous les clients.
hotelcielorojo.com

Hotel Cielo Rojo
Axé sur le développement durable, le chic hôtel Cielo Rojo, de neuf chambres, est le rêve de tout touriste écolo: resto à la cuisine de proximité, savons de production locale et produits bios, le tout serti dans un superbe jardin.

Où manger

Barracuda Cocina del Mar
Ce populaire ex‑chariot de nourriture ouvert en 2011 sert à présent des plats créatifs de poissons et fruits de mer de la côte du Nayarit, tels que tatakis de thon en croûte de sésame, sopes de poulpe et risotto crémeux à la coriandre avec crevettes à l’ail.
uqr.to/Barracuda

Mariscos Doña Tere et Cervecería Artesanal
Pour une soirée sobre, commandez une tostada ou des ceviches frais de crevettes au bar du Mariscos Doña Tere, puis suivez la musique jusqu’à la Cervecería Artesanal San Pancho, pour une bière artisanale locale.
cerveceriaartesanalsanpancho.com

À lire : Un trip de bouffe à saveur de mezcal et de mole à Oaxaca

homme avec planche de surf et bébé
Soleil et sable font le bonheur de tous.
manger à la plage
Clients du nouveau bar de plage La Tarraya.

À ne pas manquer

Îles Marietas
Au début du XXe siècle, ces deux îles inhabitées ont servi à tester des bombes. Cette désastreuse activité a eu un côté positif : créer une plage cachée dans un cratère, où l’on se rend à la nage, par une grotte. Grâce en partie aux efforts de l’océanographe français Jacques Cousteau, l’archipel est à présent protégé et n’accueille que 116 visiteurs par jour ; il faut donc réserver. Gardez l’œil ouvert pour admirer fous à pieds bleus, mantes géantes, dauphins, rorquals 
à bosse, etc.

La plage de San Pancho
On tire toujours des bateaux de pêche colorés sur la plage de San Pancho, qui à l'origine était un paisible village de pêcheurs.

Surf dans le pacifique
À San Pancho, les vagues souvent féroces conviennent plutôt aux surfeurs experts. Si ce n’est pas pour vous, Sayulita et Punta Mita, non loin, offrent une houle plus régulière qui siéra aux débutants voulant s’améliorer. Les écoles de surf sur la plage ou la Nativa Surf Shop, en ville, proposent leçons et tout équipement qu’il vous faut pour passer la journée à l’eau.
nativasanpancho.wixsite.com/nativa

Aéroplan
YVR > PVR
Places en classe économique Privilège à partir de 12 500 points
Vérifiez les restrictions gouvernementales sur les voyages avant de réserver.

 

À lire : Mexico : le rêve de notre rédactrice principale à la relance du tourisme